/sports/hockey
Navigation

Richard Martel veut savourer son premier championnat

Richard Martel derrière le banc des Marquis de Jonquière
PHOTO D'ARCHIVES, ROGER GAGNON Richard Martel derrière le banc des Marquis de Jonquière

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY |  Malgré sa feuille de route imposante, Richard Martel n’a jamais remporté de championnat en séries éliminatoires au Québec. À la tête des Marquis de Jonquière, il ne lui manque plus que quatre victoires pour savourer ce plaisir dans la Ligue nord-américaine de hockey.

Le vétéran entraîneur vivra avec fébrilité la finale de la Coupe Vertdure opposant son équipe à l’Assurancia de Thetford. Les deux rivaux s’affronteront pour une première fois vendredi soir à Saguenay.

Si son palmarès compte 653 victoires (saison et séries) dans la LHJMQ, le nom de Richard Martel ne figure pas sur la Coupe du Président après ses 18 campagnes avec le Laser de Saint-Hyacinthe, les Foreurs de Val-d’Or, le Drakkar de Baie-Comeau et les Saguenéens de Chicoutimi.

Le pilote des Marquis aurait pu soulever le trophée en 1998, mais les Foreurs s’étaient tournés vers Gaston Therrien pour le remplacer derrière le banc avec neuf matchs à disputer en saison régulière.

Or, le destin lui offre maintenant une nouvelle chance de goûter à l’adrénaline que procure la conquête d’un championnat, cette fois dans la LNAH.

«Peut-être que je pensais à l’importance de soulever des coupes quand j’étais jeune, mais plus aujourd’hui», explique-t-il. «On est aussi loin qu’on est près de la Coupe Verture. Il nous faut quatre victoires, mais tu ne peux pas gagner la quatrième avant la troisième, ni la première».

Garder les pieds sur terre

Expérimenté, Martel garde les pieds sur terre. Champions du calendrier régulier, les Marquis s’attendent à toute une bataille contre l’Assurancia, dont le tableau de chasse comprend l’élimination du Cool FM de Saint-Georges et des Éperviers de Sorel-Tracy.

«La logique a été respectée, mais il faudra se servir de notre vitesse, bien travailler défensivement et gérer nos émotions. Tout le monde a une place importante dans notre alignement. Les gars apprécient cela. Nos joueurs transmettront beaucoup d’énergie à nos partisans dès le premier match. On ne jouera pas à la carte de boxe. C’est la vitesse qui va nous faire avancer», estime l’entraîneur-chef de Jonquière.

Sa brigade offensive, menée par Alexandre Quesnel, Hugo Charpentier, Stefan Chaput, Christian Ouellet et Juraj Kolnik, devra accentuer la pression sur le gardien de l’Assurancia, Gabriel Girard.

L’ancien des Cataractes de Shawinigan livra un redoutable duel à Cédrick Desjardins. Les deux portiers ont remporté chacun huit victoires en 11 matchs jusqu’à maintenant en présentant des moyennes de buts alloués d’un peu plus de 2,00 et des pourcentages d’efficacité à près de ,930.

Aucune compétition avec les Sags

Cette finale de la LNAH s’ouvre alors que tout le Saguenay-Lac-Saint-Jean vibre au rythme du hockey. La présence des Marquis en finale s’ajoute au parcours extraordinaire des Saguenéens ce printemps dans le circuit Courteau.

«L’engouement est très fort pour nos deux formations. Il n’y a pas de compétition entre nous. Avec la fin du ski et l’élimination des Canadiens, nous recevrons encore plus de soutient de nos partisans et c’est tant mieux. On se souhaite mutuellement de grandes victoires», indique Richard Martel.