/slsj
Navigation

Plus de 1000 amateurs attendus

Le Super gala de lutte de Saint-Ambroise, qui attire plus de 1000 spectateurs chaque année, se démarque pour ses effets pyrotechniques.
Photo courtoisie Le Super gala de lutte de Saint-Ambroise, qui attire plus de 1000 spectateurs chaque année, se démarque pour ses effets pyrotechniques.

Coup d'oeil sur cet article

La lutte connaît un succès retentissant dans la région, mais aucune soirée n’est plus populaire que celle qui se déroulera samedi soir du côté de Saint-Ambroise.

«Le Super gala de Saint-Ambroise, c’est le Super Bowl des amateurs de lutte. Au Québec, il n’y a pas d’autre événement qui a cette envergure», affirme Julien Lalonde, président de la Jonquière Championship Wrestling (JCW).

Si les galas comme celui organisé à l’aréna Marcel-Claveau sont aussi courus, c’est en partie parce que le spectacle est abordable en plus d’être divertissant.

«Nous vendons les billets 15 $. Il ne se fait pas de divertissement dans la région avec un meilleur rapport qualité-prix», ajoute M. Lalonde.

Pour la douzième édition du gala de Saint-Ambroise, Lalonde promet un événement d’environ trois heures qui se démarquera par ses effets pyrotechniques, ses effets sonores et des éclairages spectaculaires. En tout, huit combats sont au programme.

L’an dernier, la JCW avait présenté le Super gala de lutte devant 1500 spectateurs. Cette année, la nouvelle configuration de l’aréna permettra d’en accueillir environ 200 de moins. Une décision prise dans le but de respecter de nouvelles normes de sécurité.

Selon les organisateurs, la soirée de samedi est l’occasion idéale pour attirer de nouveaux amateurs. «On retrouve nos habitués, dit Julien Lalonde, mais aussi des personnes qui viennent seulement une fois par année, qui ont entendu parler du spectacle par le bouche-à-oreille.»

NOUVEAUX LOCAUX EN VUE

Devant le succès de ses événements, le président de la JCW aimerait se trouver un nouveau domicile pour ses prochains rendez-vous hebdomadaires. «Nous n’avons pas de problème à remplir notre local de Jonquière. Si on déménageait, je pense qu’on pourrait accueillir de plus grandes foules et faire grandir l’organisation. Ça ouvrirait de nouvelles possibilités.»

La JCW se lance aussi dans l’enseignement de la lutte, toujours dans le but d’assurer son avenir. «On y montre les bases de la lutte, comme par exemple, la manière de se protéger dans le ring. On accepte les personnes de 16 ans et plus», précise le président de la JCW. La prochaine séance de cours se tiendra d’ailleurs le 15 mai prochain.