/news/politics
Navigation

Une ministre souligne le «précieux» apport des coiffeuses pour les aînés

Coup d'oeil sur cet article

La ministre des Aînés et de la Lutte contre l'intimidation, Francine Charbonneau, a souligné vendredi, la précieuse contribution des coiffeuses dans la lutte à l’isolement des aînés.

Ayant elle-même une formation en coiffure, la députée des Mille-Îles a tenu à remercier les coiffeuses qui effectuent «un travail impressionnant» qui, selon elle, mérite d’être souligné.

«Permettez-moi de faire un aparté, parce que mon collègue a mis le doigt sur des gens que j’apprécie énormément. Je vous le dis parce que, quelques fois en politique, on nous dit: “parle pas de ça parce que ça peut être repris [...] fais pas ça” je dois vous avouer que ma formation professionnelle à moi, mon métier à moi, c’est coiffeuse. Je vous le dis parce qu’on oublie l’importance des gens du quotidien dans une communauté», a-t-elle d’abord mentionné lors de l’étude des crédits budgétaires 2017-2018 du Ministère de la Famille, volet aînés et lutte à l'intimidation.

Puis, la ministre a raconté «faire un détour» pour rendre visite aux coiffeuses chaque fois qu’elle se retrouve dans une résidence pour personnes âgées.

«Vous savez, les gens qui font de la coiffure font de la thérapie. Elles accueillent quelqu’un qui est tanné de sa coiffure qui est défraîchie un peu et qui a le goût de... et quand la personne sort de là, elle a parlé, elle se sent plus belle, elle a été à l’écoute de quelqu’un d’autre, elle a eu des échanges. Si vous saviez comment c’est précieux. Je pense qu’il faut prendre le temps de le souligner», a-t-elle indiqué.

Mme Charbonneau a aussi tenu à mentionner l’apport de ces gens qui peuvent faire une différence énorme dans le quotidien de bien des aînés.

«Ces gens-là, dans le quotidien, font un travail impressionnant et on ne prend pas le temps de leur dire merci souvent [...] mais ayons une pensée pour ceux qui dans le quotidien, la caissière à l’épicerie, la coiffeuse, la personne qui donne des services dans le village et qui reste polie, reste à l’attention et qui prend le temps d’expliquer et de faire une petite conversation avec la personne qui a peut-être la seule conversation de sa journée avec cette personne-là», a-t-elle conclu.