/news/transports
Navigation

Privilégier l’automobile coûte très cher à la société

Un économiste expose les coûts souvent négligés de l’utilisation de la voiture

DM traffic -12
Photo d'archives, Daniel Mallard

Coup d'oeil sur cet article

Donner la priorité à l’auto coûte très cher, contrairement à ce que pensent plusieurs automobilistes qui dédaignent de payer pour des systèmes de transport collectif, plaident un économiste et un chercheur.

Dans tout le débat qui entoure le troisième lien, le professeur et économiste Jean Dubé regrette qu’un aspect soit «complètement évacué»: le coût social de la décision individuelle de se déplacer en voiture.

Il critique sévèrement l’argument de plusieurs partisans de l’automobile qui refusent de payer pour le transport en commun sous prétexte qu’ils ne s’en servent pas et que c’est selon eux trop cher.

«Quand tu prends ton auto, tu paies des coûts individuels, mais tu génères aussi des coûts sociaux. Tu crées de la congestion et le dernier rapport du ministère des Transports évaluait que le coût annuel de la congestion est de 3 milliards $. Qui l’assume? La société.»

Il pousse son raisonnement à l’extrême. «Si on veut jouer l’argument de l’utilisateur-payeur, pourquoi on ne met pas des GPS dans les voitures? On va les suivre et quand tu contribues à la congestion routière, on va t’envoyer le coût social et on va l’ajouter sur ton coût d’immatriculation», ironise-t-il.

« Un peu hypocrites »

Juste pour donner une idée de ce que cela représente, il cite une étude d’un chercheur de Vancouver, George Poulos, qui a élaboré une méthode pour calculer le coût social des choix en transport. Pour chaque dollar que dépense un automobiliste pour utiliser son véhicule, la société doit en payer 9,20 $.

«On est un peu hypocrites parce qu’on est subventionné pour utiliser notre voiture et on fait comme si ça n’existait pas.»

Un troisième lien ne serait utile que s’il servait strictement au transport en commun et qu’il reliait les deux centres-villes de Québec et Lévis, soutient-il. «Cela favoriserait la circulation et éviterait le grand U que proposait le SRB.»

Un gaspillage ?

Paul Lewis se questionne sur la pertinence de la dépense.

«Cette idée que plus d’autoroutes va régler le problème, dans le fond, c’est un peu un mythe. D’autant plus qu’on peut ajouter dans l’équation ce que ça va coûter pour construire un troisième lien; ce sont des sommes extrêmement importantes. Dans une société hyper riche, peut-être que ce n’est pas trop grave, mais on ne peut pas dire qu’au Québec, on est particulièrement riches et on ne peut pas se permettre de gaspiller notre argent dans des infrastructures dont on n’a peut-être pas vraiment besoin.»

— Avec la collaboration de Jean-Luc Lavallée

Quel est le coût de vos déplacements pour la société ?

  • Si marcher vous coûte 1 $, la société paie 0,01 $
  • Si vous déplacer à vélo coûte 1 $, la société paie 0,08 $
  • Si prendre le bus vous coûte 1 $, la société paie 1,50 $
  • Si utiliser la voiture vous coûte 1 $, la société paie 9,20 $

*Source : Données compilées par George Poulos, dans la région métropolitaine de Vancouver

Les experts unanimes

«C’est un running gag dans notre milieu. En classe, on demande parfois aux étudiants s’ils peuvent nous donner un seul exemple de construction de route qui a permis de résoudre la congestion. Personne n’a jamais été en mesure d’en trouver un.»

– Owen Waygood, professeur en aménagement

«C’est sûr que c’est ce qu’ils [les politiciens] doivent faire s’ils veulent gagner des votes et des sièges. Il y a une stratégie qui est clairement axée sur ce qui va leur apporter du vote.»

– Jean Dubé, économiste, à propos des politiciens qui font la promotion du projet de troisième lien

«La congestion ne diminuera jamais, sauf si l’économie ou la société s’effondre. Si on rend le transport moins cher ou plus facile, les gens vont vouloir se déplacer davan­tage.»

– Daniel Sperling, professeur à l’Université Davis de Californie

«Je n’arrive pas à comprendre l’obsession antitransport en commun à Québec. Parce que la meilleure façon de faire en sorte qu’on ait plus de places sur le réseau routier, c’est d’avoir plus de monde dans un autobus, dans un tramway ou dans un métro. C’est relativement peu coûteux par passager.»

– Paul Lewis, urbaniste

«Au lieu d’injecter des milliards de dollars sur un nouveau lien routier, il est peut-être préférable de dépenser cet argent dans des solutions de rechange comme un réseau de transport collectif de grande qualité.»

– Todd Littman, directeur du Victoria Transport Policy Institute

«Qu’on le place où on veut, c’est pas avec un troisième lien qu’on va réduire la congestion. La congestion va se réduire par un système de transport en commun efficace et de plus en plus utilisé par les gens.»

– Serge Viau, architecte et urbaniste émérite