/news/provincial
Navigation

Lévis aura son Festibière

Lévis aura son Festibière
ANNIE T. ROUSSEL/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Fort du succès remporté à Québec ces sept dernières années, le Festibière s’installera sur le quai Paquet, cet été, alors que Lévis aura sa toute première version de l’événement.

Les organisateurs du Festibière avouent être «tombés en amour» avec le site du quai Paquet et souhaitent faire vivre une expérience différente aux festivaliers alors que la version lévisienne de l’événement se déroulera sous le thème de l’art.

« Ce sera similaire à Québec au point de vue festif, mais avec un petit côté art. Beaucoup d’artistes vont être ici au niveau du street et vont faire des graffitis et il y a différentes œuvres collectives qui vont être mises en route », explique Alexandre Caron, l’un des promoteurs du Festibière.

« Toutes les microbrasseries ont des espèces d’artistes associés à ça alors on espère la présence de plusieurs de ces artistes (...) si ce n’est pas les artistes en tant que tels, on va avoir des expositions de ces artistes-là », renchérit son acolyte, Sébastien Huot.

«Trait d’union»

Une trentaine de microbrasseries « différentes » de celles présentes au Festibière de Québec prendront part à cette première mouture lévisienne qui aura lieu du 30 juin au 2 juillet prochain. Parmi celles-ci figurent la Microbrasserie de Bellechasse et les Brasseurs au cœur du Saint-Laurent qui en seront à leur première participation au festival. Des verres officiels seront faits d’Inox pour des raisons de sécurité alors que de l’animation, des dégustations et des jeux seront aussi proposés. « Il y a déjà le Festibière à Québec et là, maintenant, on a une édition à Lévis. L’objectif est toujours le même. Créer une magnifique ceinture verte entre les deux rives et faire en sorte que le fleuve devienne un trait d’union et élargit les possibilités d’évasion pour les gens », s’enthousiasme le maire de Lévis, Gilles Lehouillier qui y voit la l’opportunité d’attirer notamment des touristes.

Pour le moment, les organisateurs, qui bénéficient d’un budget de « 300 000$ » pour orchestrer la première version du Festibière, ont signé une entente d’un an avec la Ville de Lévis et souhaitent que l’événement « devienne récurrent et identitaire au quai Paquet ».

« On va commencer comme la première année du Festibière. On avait 35 exposants et environ 65 000 personnes se sont présentées. Je ne pense pas qu’on va aller avec 65 000 personnes, mais évidemment on va être prêt pour les accueillir. On va y aller marche par marche (...) on va bien faire les choses pour être de retour l’année prochaine », confirme M. Huot.

Élargir ses horizons

Par ailleurs, le Festibière pourra se déplacer partout en province grâce au Beertruck qui se veut un « mini Festibière mobile ». « On va avoir 14 lignes de microbrasseries qui pourront être présentées et on va pouvoir les interchanger, mais ça permet d’aller dans de plus petites villes. (...) On va faire partie de nos évènements et d’autres évènements qui ont la volonté d’une dégustation de bières de microbrasserie », expose Alexandre Caron.

Le Festibière se transportera également à l’international en proposant une version de l’événement à Genève, en Suisse, du 15 au 18 juin prochains, avant de retourner à l’Espace 400e du 17 au 20 août alors que la Cour arrière ouvrira ses portes dès le 1er juin.