/news/currentevents
Navigation

Décès d'Évelyne Paradis à Lévis: le coroner confirme la surdose de drogue et d’alcool

Évelyne Paradis avait dépassé de trois fois le seuil létal de GHB dans son sang.
Photo Facebook Évelyne Paradis avait dépassé de trois fois le seuil létal de GHB dans son sang.

Coup d'oeil sur cet article

La jeune femme de 22 ans qui a été retrouvée morte dans un appartement de Lévis en janvier 2016 a été victime d’une surdose d’alcool, de marijuana, de cocaïne et de GHB, confirme le rapport du coroner.

C’est le jour même où elle s’apprêtait à s’envoler pour la Thaïlande qu’Évelyne Paradis ne s’est jamais réveillée d’une fête. Elle s’était endormie sur le divan d’une amie où elle avait fait la rumba toute la nuit, consommant des drogues et de l’alcool.

L’employée du Centre de congrès et d’expositions de Lévis venait de participer à son party de Noël. C’est ensuite qu’elle s’est rendue chez cette collègue accompagnée d’un petit nombre de personnes afin de prolonger la veillée.

«Selon les témoins, cette dernière avait consommé de l’alcool tôt dans la soirée et d’autres psychotropes plus tard dans la nuit», souligne le rapport de la coroner Francine Baillargeon.

« Très à sa place »

Les témoins ont également précisé qu’Évelyne Paradis était déjà en «état d’ébriété avancé» au moment de quitter la fête au Centre de congrès, où elle travaillait comme barmaid durant la soirée.

Le directeur général du Centre de congrès s’est dit particulièrement étonné d’apprendre dans le rapport du coroner que son employée était dans cet «état» avant de partir du Centre.

«Je vais vous dire, si elle était en ébriété, il faudrait voir la définition parce qu’elle était très lucide. Très à sa place», a mentionné Sylvain Blais, réfutant l’affirmation du coroner.

C’est toutefois à l’appartement de son amie qu’Évelyne a consommé énormément de psychotropes, absorbant de la cocaïne et du GHB en grande quantité. Il s’agit d’une surdose de GHB, combinée à l’alcool et à la cocaïne, qui a provoqué un arrêt respiratoire chez la jeune victime.

Les avis toxicologiques effectués durant l’autopsie d’Évelyne ont d’ailleurs confirmé la présence de ces substances dans son organisme.

Vaccins pas en cause

Lors de son décès, les proches d’Évelyne Paradis avaient mentionné qu’elle avait reçu de nombreux vaccins avant son départ pour l’Asie, ce qui pouvait expliquer son intoxication. Elle avait bel et bien reçu la vaccination usuelle contre les hépatites, la fièvre typhoïde et l’encéphalite japonaise. Or, le coroner assure qu’aucun lien n’a été fait entre la vaccination reçue et son décès.

Extraits du rapport du coroner

«Dès leur arrivée à l’appartement de l’amie, Mme Paradis et trois autres personnes ont consommé de l’alcool et des psychotropes dont, notamment, de la cocaïne et du GHB, jusqu’au matin du 23 janvier 2016»

«Selon les témoins, Mme Paradis a également consommé volontairement du GHB, malgré les avertissements d’une personne sur place à l’effet que combiner l’alcool et le GHB pouvait être dangereux»

«Selon les témoins demeurés sur place, vers 5 h ou 5 h 30, Mme Paradis dormait toujours sur le divan-lit du salon et ronflait»

«Madame Évelyne Paradis est décédée d’un arrêt respiratoire causé par une intoxication mixte à l’alcool, au cannabis et un surdosage au GHB»