/sports/football/alouettes
Navigation

Une formation bâtie sur le caractère

Une formation bâtie sur le caractère
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

Coup d'oeil sur cet article

Lorsqu’il a été nommé au poste de directeur général des Alouettes, Kavis Reed savait qu’il avait fort à faire pour redonner du panache à une équipe qui a raté les éliminatoires au cours des deux dernières saisons. Pour ce faire, il a effectué une analyse en profondeur de son personnel, mais il a aussi choisi d’instaurer une nouvelle philosophie.

Il a décidé de bâtir ses nouvelles fondations avec du talent, mais aussi avec un trait de personnalité particulier à toutes les positions.

«Le caractère ne peut jamais mentir, a expliqué Kavis Reed. Lorsque tu es dans les tranchées comme joueur, tu veux toujours avoir des coéquipiers qui en possèdent une bonne dose à tes côtés.

«Puis, quand ton équipe fait face à de l’adversité, tu n’as pas besoin de motiver tes troupes à l’interne.»

Pour Reed, le talent n’est pas suffisant au sein d’une équipe de football.

«Toutes les formations de la LCF peuvent dire qu’elles en ont, mais est-ce qu’elles possèdent du caractère à toutes les positions? Je ne crois pas, a souligné l’homme de football. Pour notre part, je crois qu’on en a à toutes les positions.»

Il a d’ailleurs utilisé cette ligne de pensée pour effectuer certains de ses mouvements de personnel durant la morte-saison. Mais ce n’est pas tout.

«Notre objectif était aussi d’amener des joueurs qui ont prouvé dans le passé qu’ils pouvaient être des gagnants, a-t-il ajouté. On espère que ces vétérans transmettront cette philosophie à nos jeunes athlètes.

«Je veux qu’ils leur montrent la façon de gagner des championnats, d’avoir la bonne attitude et de poser les bonnes actions pour les remporter.»

Une affaire de personnalités

L’an dernier, tout n’était pas au beau fixe dans le vestiaire avec la présence de quelques joueurs qui avaient un ego surdimensionné.

Ceux-ci avaient du caractère, mais pas le bon pour permettre aux Alouettes d’aller jusqu’au bout.

«Ce n’était pas un élément qui manquait au sein de notre équipe, a mentionné celui qui occupait la fonction de coordonnateur des unités spéciales. Je dirais plutôt que ça nous a pris trop de temps avant que les personnalités de tout le monde forment un ensemble homogène.

«C’est ce que l’on souhaite éviter cette saison. La clé sera de prendre un bon rythme de croisière dans les premiers matchs et de le conserver jusqu’à la fin de la campagne.»