/news/currentevents
Navigation

Viol à Victoriaville: un des accusés ne fait pas appel et écope de cinq ans de prison

Jean-Christophe Martin n'a pas fait appel et écope de cinq ans de prison.
Photo capture d'écran TVA Nouvelles Jean-Christophe Martin n'a pas fait appel et écope de cinq ans de prison.

Coup d'oeil sur cet article

Trouvé coupable, il y a 12 jours, d’agression sexuelle causant des lésions sur une jeune fille d’âge mineur, Jean-Christophe Martin a choisi de prendre sa sentence «comme un homme», et il a été condamné par le juge François Huot à la peine minimale de cinq ans.

Les trois co-accusés, Pierre-François Blondeau, Dominic Vézina et Jean-Christophe Martin, n’étaient pas encore entrés dans la salle d’audience que, déjà, les membres de leurs familles respectives l’avaient envahie en grande partie.

Lorsque les cliquetis des menottes annonçant la venue des trois hommes se sont fait entendre, rapidement, les sanglots provenant de la salle ont rempli la pièce et une longue valse de mouchoirs a débuté.

«Je t’aime mon homme»

Amené devant le juge Huot, Martin a pris la parole, parfois coupée par des pleurs sincères.

«J’accepte pleinement les gestes que j’ai posés. Je suis désolé et je m’excuse pour tout», a dit le jeune homme de 23 ans.

Sans minimiser la gravité des gestes posés sur la jeune adolescente les 24 et 25 octobre 2014 et sans faire fi des lourdes conséquences psychologiques et physiques vécues par cette dernière, le magistrat a tenu à rappeler à l’accusé que cette peine, qu’il acceptait «comme un homme», ne signifiait pas pour autant «la fin de sa vie».

«Les crimes que vous avez commis de concert avec vos amis sont des crimes terribles et vous devez en souffrir. Prenez votre sentence comme un homme et vivez-la comme un homme et revenez-nous comme un actif pour la société», a-t-il ajouté sur un ton paternel.

Avant qu'il reparte vers la détention, la mère de Jean-Christophe, présente dans la salle, lui a soufflé un baiser.

«Je t’aime, je t’aime ok?... Ça va aller mon homme», a-t-elle dit doucement, en signe d’encouragement et d’amour inconditionnel.

Co-accusés

Le chanteur Pierre-François Blondeau, trouvé coupable par le jury de deux accusations moindres et incluses d'agression sexuelle, a ensuite été amené devant le juge.

Toutefois, après avoir entendu la suggestion commune faite par le poursuivant et l’avocat de la défense, soit d’imposer une peine de 12 mois au jeune homme connu aussi sous le nom de Midaz, le juge a clairement fait voir son désaccord. Il a donc convié les parties à revenir devant lui le 5 juin prochain pour des représentations plus poussées.

Au final, l’avocat de Dominic Vézina – trouvé coupable d’agression sexuelle causant des lésions – a déposé une requête en «inconstitutionnalité de la peine» minimale de cinq ans qu’il juge «cruelle et inusitée».

Lui aussi devra revenir devant le tribunal en juin.