/opinion/columnists
Navigation

À quand un Macron québécois?

Il faudrait que la CAQ réussisse un coup à la Macron...

FRANCE-POLITICS-GOVERMENT
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Si on était une province normale, le Parti libéral du Québec se ferait battre à plate couture aux prochaines élections­­.

La tendance serait déjà manifeste et les sondages le montreraient clairement.

Mais on n’est pas une province normale.

Le paysage politique québécois­­ est tellement figé, tellement pris dans la glace que même le PQ concède qu’il ne peut renverser le gouvernement tout seul!

Il a besoin de Manon Massé! Et de Gabriel Nadeau-Dubois!

Québec solidaire à la rescousse de la démocratie! Après les Avengers­­ et les X-Men, voici Capitaine Khadir et les Camarades­­ masqués !

UNE FORTERESSE IMPRENABLE

C’est quand même hallucinant...

Il faut que les partis d’opposition mettent leurs différends de côté et unissent leurs forces pour renverser un gouvernement qui ne cesse de faire la première page des journaux pour ses erreurs, ses gaffes et sa propension à récompenser les p’tits amis.

Si on était une province normale, ça prendrait juste un petit souffle d’air pour que ce gouvernement tombe.

Une légère brise, une pichenotte.

L’opposition pourrait le jeter au tapis­­, une main attachée dans le dos.

Or, même avec une pépine, une boule­­ de démolition et un bulldozer, on a de la difficulté à le déraciner !

Malgré toutes les histoires qui ne cessent de faire les manchettes jour après jour, la forteresse libérale est quasi imprenable et résiste à toutes les tempêtes et à tous les ouragans!

Vous trouvez ça normal, vous?

LE MAMMOUTH ET LA FOURMI

Il faut dire que le PLQ a une arme spéciale: les séparatisses!

Dès que le vent souffle trop fort, les libéraux n’ont qu’à brandir la menace séparatisse pour que tous ceux qui tremblent à l’idée que le Québec fasse sécession entrent docilement dans la tente libérale, même si ça sent le purin­­...

Vaut mieux se boucher le nez et se fermer les yeux que de voir le PQ prendre le pouvoir, se disent-ils.

Résultat: rien ne bouge. Malgré les enquêtes et les scandales à répétition.

Quand c’est rendu qu’un mammouth­­ comme le PQ a besoin d’une fourmi comme Québec solidaire pour ébranler le gouvernement, c’est que ça va mal à la shop.

Vous me direz que la menace séparatisse est bien faible, et que Jean-François Lisée lui-même jure qu’il n’y aura pas de référendum au cours du premier mandat.

Oui, et alors?

Le PQ est le PQ.

Et pour les Anglos (comme pour beaucoup d’allophones), vaut mieux un gouvernement libéral qui sent mauvais qu’un gouvernement péquiste­­ qui fait semblant de ne pas s’intéresser à la souveraineté, alors que la souveraineté demeure au cœur de son programme.

PAS DE DEUX

Reste la CAQ. Faudrait que le parti de François Legault­­ réussisse à faire un coup à la Macron, et convainque les électeurs de sortir de l’impasse séparatisme­­-fédéralisme qui nous fige dans le béton.

La France s’est bien débarrassée de sa grille gauche-droite qui paralysait son système depuis Astérix! Pourquoi ne serions-nous pas capables, nous aussi, de mettre fin à ce pas de deux?

À moins que vous ne préfériez un autre mandat libéral. Ou un gouvernement péquiste qui donne de beaux cadeaux aux Camarades masqués pour leur aide précieuse...