/misc
Navigation

En cas d’avarie

Campeau
Photo courtoisie Les propriétaires de chaloupe ou de bateau auraient vraiment intérêt à se procurer un ensemble de réparation pour leur coque afin d’éviter de se retrouver dans une fâcheuse situation.

Coup d'oeil sur cet article

Il existe des trousses de produits efficaces qui pourraient vous permettre de voguer à nouveau après un impact sur une roche avec votre embarcation.

Lorsqu’on part en excursion dans l’arrière-pays, on a tout avantage à s’équiper convenablement. Il est astucieux de trimballer avec soi un pneu de secours supplémentaire, des roulements à billes de rechange pour la remorque, des câbles de survoltage, une trousse de premiers soins, une goupille et une hélice de rechange pour le hors-bord, etc. Bref, tout ce qui pourrait nous permettre de continuer notre parcours sur la route ou sur l’eau.

Un pro

Alain Girard, d’Atelier LP Marine, à Lac-du-Cerf, est un expert en réparation et en esthétique de bateaux de toutes sortes. Cet homme, qui se spécialise dans le domaine depuis près d’un quart de siècle, répare la plupart des réclamations d’assurances de la région des Hautes-Laurentides.

M. Girard a bien voulu prodiguer quelques conseils aux lecteurs du Journal au cas où ils auraient un accident mineur sur l’eau. Voici l’essentiel de ses propos :

Fibre de verre

Advenant que vous frappiez un écueil et que vous constatiez que votre coque est endommagée sur une surface maximale de 50 cm² (8 po²), vous pourriez rafistoler le tout avec la trousse de réparation de la fibre de verre Bondo de la firme 3M. Cette dernière est offerte chez Canadian Tire, Home Hardware et quelques autres grandes chaînes pour moins de 30 $.

La première étape consiste à complètement assécher la surface endommagée. On doit ensuite poncer la portion en question avec un papier sablé de grade 120, non inclus dans l’emballage.

Par la suite, le réparateur en herbe doit diluer la résine avec le catalyseur selon la recette du fabricant. On couvre donc la zone touchée avec la pièce de fibre de verre fournie et on la recouvre avec la résine activée. On laisse sécher le tout une demi-heure et, si l’on a bien suivi les directives, on devrait être en mesure de poursuivre notre périple sur l’eau.

Aluminium

Si par malheur vous heurtez une pierre submergée et que vous percez la coque sur une superficie maximale de 25 cm² (4 po²), vous pourriez empêcher l’eau de s’infiltrer et continuer votre balade si vous avez pris soin d’apporter avec vous du Tech Steel, vendu chez NAPA, Uni-Sélect et certains autres détaillants spécialisés. Retenez qu’il ne s’agit pas d’une trousse. Le sportif doit donc également acheter du papier sablé de grade 80 ainsi que du Duck tape.

Après avoir asséché la coque, on ponce la surface perforée de façon à la rendre rugueuse. Si le trou engendré dépasse 2 po², on doit faire une toile d’appui à l’intérieur de la chaloupe ou du bateau avec le ruban gommé pour permettre au Tech Steel de prendre forme dans l’orifice. Alain Girard suggère de vous procurer deux ou trois tubes de ce produit pour que vous puissiez en avoir suffisamment pour bien couvrir la région touchée. Lors de l’étape finale, on coupe la quantité nécessaire puis on la pétrit. On l’applique ensuite avec une certaine pression en se servant de la paume de la main. Il est souhaitable que la pâte recouvre une portion excédentaire de 2 cm de la brèche. Moins de 45 minutes plus tard, on peut retourner à l’eau.

Indispensable

Lors de la manipulation de l’un ou l’autre de ces produits, il est important de porter des gants de nitrile afin d’éviter tout contact avec la peau.

► Pour en savoir plus, composez le 819 597-2972 ou visitez le site www.atelierlpmarine.com

De tout pour tous

Réalisations artisanales

Nancy Touzin, de l’entreprise Les Nancy au fourneau de Portneuf, concocte des produits fins qui accompagnent les venaisons et les poissons. Pour 2017, elle a développé une gelée de bière qui rehausse les saveurs des salmonidés lors de la cuisson. Pour les effilochés et les rosbifs, Nancy a mis au point un confit d’oignons et de bière qui relève le goût d’une façon spectaculaire. Puis, pour les mets à base de viande hachée sauvage comme les hambourgeois et les tourtières, elle a peaufiné une relish de rhubarbe qui mettra vos plats en valeur. Pour en savoir plus ou pour commander, téléphonez au 418 326-3002 ou visitez le site www.nancyaufourneau.com

Pierre Robillard, de Sherbrooke, propose pour sa part une gamme d’huiles assaisonnées pour salade et pour cuisson, sans sel, sans colorants ni agents chimiques, sous le nom de Saveurs et Assaisonnements. Ces produits du terroir, offerts en 11 parfums, servent à cuire et à mariner toutes les viandes sauvages, les sauvagines et les poissons. Ils sont également tout indiqués pour déglacer les fonds de poêle, faire des coulis, etc. Pour en apprendre davantage, composez le 819 562-1420 ou lorgnez du côté du site www.saveursetassaisonnements.com

Sonia Bouchard, de Normandin, a mis sur pied une firme qui se spécialise dans la fabrication de produits 100 % naturels. Dans la gamme, qui se nomme Captive, on trouve cinq articles à base d’épinette noire et de sapin baumier sous forme de savon, de shampoing, de masque odeur, de gel douche et de déodorant qui permettent aux utilisateurs de complètement camoufler leurs odeurs corporelles. Pour de plus amples informations, jetez un coup d’œil au site www.produitscaptive.com ou appelez au 418 276-6247.