/opinion/columnists
Navigation

L’île de Gilligan en fête

Coup d'oeil sur cet article

Cette semaine, Montréal s’est tapé tout un party à nos frais, Karine Major est réapparue en Saskatchewan et Dominique Payette a encore commis une autre dérive sur la radio de Québec. Voici mon top 3 de la semaine.

1. La Métropôvre se gâte
Photo Dario Ayala, Agence QMI

Maisonneuve se retournerait dans sa tombe à voir sa bourgade aussi sale, ses rues défoncées et ses policiers habillés en clown.

Le party du 375e de Montréal – que dire, l’orgie de cette semaine – à nos frais laisse perplexe. Une gabegie sanctionnée par la présence même de ceux qui signent les chèques!

J’aurais pensé que le collègue Martineau aurait été le plus «bitch» avec son comparatif de cancéreuse qui se fait poser des seins... mais le comédien Serge Postigo y est allé extra sauce à RDI en comparant son île à un malade de la sclérose en plaques qui mange du gâteau!

Montréal est comme une actrice en déclin qui se laisse aller, mais qui gomme son délabrement avec du maquillage bon marché.

L’obsession de vouloir plaire l’éloigne de la cruauté du réel. Que Montréal est en déficit de fierté, de focus. Montréal a moins besoin d’un traiteur que d’un LEADER.

On sait tous que ce party sert d’analgésique. Mais la fuite par en avant est rarement bonne conseillère.

2. Go West
Courtoisie

Je dirais d’entrée de jeu que la vie privée des autres m’intéresse peu.

Karine Major disparue? Ok, la police déclenche une enquête. Un giga-mémérage s’en est suivi. Pourquoi a-t-elle retiré de l’argent? On dirait qu’elle dit «Help»? Blablabla... Les synergologues de salon se sont trouvés utiles, soudainement.

Au bout du compte, Karine avait fiché le camp au pays de la potasse. Par insouciance, elle a fait travailler la SQ dans le vide. Elle en est accusée de méfait.

Mais Karine était-elle la première femme au monde à avoir tenté de refaire sa vie?

3. Les radios, encore
Photo Fotolia

Cette semaine, un syndicat a encore une fois gaspillé les cotisations de ses membres, en invitant Dominique Payette à «mémérer» sur les radios de Québec. Sentant peut-être que sa rengaine avait peu de prise, elle a décidé de verser dans l’outrance.

Elle a sous-entendu que les animateurs – dont je suis – pourraient bien un jour massacrer les participants d’un congrès syndical!

Ça se passe de commentaire tellement c’est ahurissant. Je vais m’arrêter ici. Ne voulant pas lui procurer l’attention qu’elle désire tant.