/opinion/columnists
Navigation

Pas si vite, Le Phare

Coup d'oeil sur cet article

Malgré les promesses, tout indiquait depuis des mois qu’il n’y aurait pas de consultations publiques sur Le Phare avant l’été, et que ce ne serait pas non plus avant la prochaine campagne électorale.

Le promoteur Michel Dallaire se montrait bien optimiste, lors de la présentation de la nouvelle mouture de son projet en novembre. Il souhaitait alors commencer dès 2017 la construction du Phare, projet de 650 M$ qui doit être érigé sur le boulevard Laurier.

Mais depuis des mois, le maire et son bras droit, Julie Lemieux, se prêtent à une valse-hésitation sans fin lorsqu’on les interroge sur la progression des démarches et la date choisie pour la consultation.

Lors du dévoilement du projet révisé, la vice-présidente du comité exécutif avait indiqué que la Ville souhaitait convier la population en mars. Elle avait aussi mentionné qu’il restait «encore quelques devoirs à faire d’ici là», dont la production de contre-expertises pour valider les études de circulation.

Le 5 avril dernier, elle renchérissait: «on n’est pas prêts». Le 12 avril, le maire affirmait qu’il devait nous revenir «au cours des prochains jours». Le 10 mai, Mme Lemieux répétait qu’ils n’étaient pas prêts, mais devaient «revenir avec un plan de match rapidement». Impossible de savoir quand.

Dossier épineux

Questionnée à nouveau jeudi, la conseillère y est allée d’un: «on va vous revenir avec le maire là-dessus». Le maire s’est enfin décidé, hier, à dire la vérité.

La chef de l’opposition, Anne Guérette, voit très clair dans son jeu lorsqu’elle prétend que le premier élu a mis de côté, avec habileté, un dossier épineux qui aurait pu l’embêter à l’approche de la campagne.

Des citoyens vont certainement contester, pendant cette consultation, le fait qu’on veuille accorder à M. Dallaire la permission de construire une tour de 65 étages. La hauteur maximale permise, en vertu du Plan particulier d’urbanisme (PPU) adopté en décembre 2012, était de 29 étages.

Risques de dérapage

Les risques de dérapage et de mascarade sont grands dans le cadre d’un tel exercice, qui risque de nuire à la réalisation du projet. Le maire n’avait aucun avantage à s’y retrouver empêtré à la veille de l’élection.

Quoi qu’en dise M. Labeaume, Le Phare s’ajoute également à la liste des projets qui pourraient bien être retardés en raison de l’abandon du SRB. L’entrée des ponts, qu’on attend depuis des années, y figure aussi.