/news/society
Navigation

Perturbé par la tragédie de Lac-Mégantic: un pompier désorienté arrêté nu

​Anthony Cliche a vécu un choc post-traumatique après avoir travaillé sur la terrible scène de la tragédie de Lac-Mégantic.
Photo courtoisie Facebook ​Anthony Cliche a vécu un choc post-traumatique après avoir travaillé sur la terrible scène de la tragédie de Lac-Mégantic.

Coup d'oeil sur cet article

L’homme arrêté complètement nu dans les Laurentides, vendredi, est un pompier qui ne s’est jamais remis de la tragédie de Lac-Mégantic.

Anthony Cliche, 25 ans, a été accusé de s’être évadé d’une garde légale de la Sûreté du Québec au palais de justice de Saint-Jérôme, vendredi.

Selon nos sources, lorsqu’il a été arrêté une première fois jeudi, à Sainte-Sophie dans les Laurentides, il était recherché en raison de problèmes psychiatriques.

Toujours selon nos informations, le résident de La Guadeloupe en Beauce aurait été fortement perturbé par les horreurs qu’il a vues à Lac-Mégantic comme pompier en juillet 2013. L’homme se serait également tourné vers Dieu depuis la tragédie.

Même s’il était torse nu et menotté à la suite de son arrestation, il a réussi à prendre la fuite après avoir agressé un agent. Toute la nuit, l’homme s’est promené, nu, sur une distance de quelques kilomètres. Il était complètement désorienté et se cachait dans la forêt lorsque les gens l’approchaient pour l’aider.

«Il n’y a pas eu de danger pour le public. Il n’était pas une menace pour la population», a assuré Daniel Thibodeau de la SQ. Lorsqu’il a été retrouvé au petit matin, l’homme était en état d’hypothermie. «Il n’a pas résisté à son arrestation», a confirmé M. Thibodeau.

La tragédie de Lac-Mégantic en 2013.
Photo d'archives Stevens LeBlanc
La tragédie de Lac-Mégantic en 2013.

Tristesse

La tragédie de Lac-Mégantic serait l’un des facteurs ayant déclenché des problèmes psychologiques chez l’accusé, selon sa mère jointe au téléphone.

Elle a d’abord soutenu que son fils n’avait pas commis de voies de fait sur un agent, contrairement aux informations transmises par la SQ.

«Il n’a pas frappé de policiers, nous a confirmé l’enquêteur», a expliqué la dame, attristée par la situation. «On vit ça cinq minutes à la fois... L’enquête est en cours. On va laisser les gens faire leur travail.»

Elle admet toutefois que son fils a vécu très difficilement l’explosion meurtrière du train de pétrole à Lac-Mégantic.

«Il a vécu un genre de choc post-traumatique. Mais on ne peut pas savoir si c’est vraiment ça. Mais ça peut être un élément déclencheur, oui», a-t-elle mentionné au Journal, précisant que son fils consultait déjà des spécialistes en santé mentale.

Évaluation psychiatrique

La Couronne s’est opposée à la remise en liberté d’Anthony Cliche. Il devra subir une évaluation psychiatrique afin de savoir s’il est apte à comparaître. Il reviendra en cour le 25 mai.

«Il y a des psychiatres qui vont l’évaluer. Pour l’instant, il n’y a pas personne qui est en mesure de juger», a expliqué Mme Cliche, ne voulant pas mettre le blâme directement sur la tragédie de Mégantic. «On ne le sait pas d’où ça part. Ce qu’on vous souhaite, c’est que ça n’arrive pas à personne de votre entourage.»

Des données inquiétantes à Lac-Mégantic

  • 67 % des citoyens sont traumatisés
  • 16 % ont consulté un psychologue
  • 7 fois plus de gens ne se sentent pas en sécurité
  • 2 fois plus de gens se perçoivent comme étant en mauvaise santé
  • 2 fois plus de gens ont un trouble anxieux

Source: Direction de la santé publique de l’Estrie