/weekend
Navigation

Place au cirque!

École nationale de cirque
Photo d'archives, Chantal Poirier Didier Lucien signe la mise en scène de L’amour et les extraterrestres, l’un des deux spectacles qui ­seront présentés par les ­finissants de l’École ­nationale de cirque à la ­TOHU à compter de mardi.

Coup d'oeil sur cet article

Amoureux des arts du cirque, le ­comédien Didier Lucien a décidé de sauter la clôture en signant la mise en scène de L’amour et les extraterrestres, l’un des deux spectacles qui seront présentés par les finissants de l’École nationale de cirque à la TOHU à compter de mardi.

«Il y a trois ans, j’ai assisté à un show des finissants de l’École nationale de cirque et, à la fin, j’ai regardé l’ami avec qui j’étais et je lui ai dit que je voulais faire la mise en scène de ce genre de show là, a-t-il expliqué, en entrevue. J’ai croisé quelqu’un qui travaillait sur la production et je lui ai demandé à qui je devais parler pour que ça se produise. Il m’a référé au directeur de l’École nationale de cirque.»

Bien que Didier Lucien jouisse d’une belle renommée dans le milieu du ­cinéma, de la télévision et du théâtre, n’allez pas croire que les responsables de l’École allaient lui confier ce mandat du jour au lendemain.

«Je leur ai dit que je voulais faire de la mise en scène, mais que j’avais besoin de faire un peu d’immersion, avant, a-t-il précisé. J’ai donc participé à des ateliers de création avec eux. L’année passée, à pareille date, j’étais partout, à l’École.»

Passionné de la scène sous toutes ses formes, Didier Lucien dit avoir eu ­beaucoup de plaisir à concevoir ce ­spectacle, qui promet de faire vivre aux spectateurs une large gamme d’émotions.

Nouveau défi

«Il y a quelque chose là qui touche au spectaculaire, à l’intime et à la fragilité de l’être humain. Pour ce qui est de la trame narrative, on pourrait dire que ça se ­rapproche plus du court métrage, car tu ne peux pas élaborer une histoire trop dense, avec les circassiens. Je l’ai ­vraiment abordée comme un conte.»

Comprenant 10 numéros, le spectacle qui mettra de l’avant des disciplines ­comme le main à main, le tissu aérien et la roue Cyr nous présentera un homme qui découvre que la femme qu’il aime fait partie d’un groupe d’extraterrestres qui a infiltré les humains.

«La science-fiction, au fond, ça parle ­toujours des humains. On le voit de plus en plus dans les films que l’on regarde, d’ailleurs. Arrival de Denis Villeneuve est un bel exemple de ça», a-t-il souligné.

«Comme je n’ai pratiquement jamais abordé la science-fiction, au théâtre, je me suis gâté, a-t-il ajouté. D’une certaine façon, je considère les circassiens comme des extraterrestres [rires]. [...] En même temps, j’apprends à les découvrir et je les trouve fantastiques. Ils ne sont pas juste en forme, ils sont over shaped


Les spectacles L’amour et les ­extraterrestres et Hangar des possibles seront présentés à la TOHU du 23 mai au 4 juin.