/weekend
Navigation

Les drag queens s'amusent

Bianca Del Rio offrira ­samedi prochain sa ­première prestation devant le public québécois. L’an ­dernier, la drag queen avait dû annuler sa présence à Fierté Montréal pour subir une opération aux cordes ­vocales.
Photo courtoisie Bianca Del Rio offrira ­samedi prochain sa ­première prestation devant le public québécois. L’an ­dernier, la drag queen avait dû annuler sa présence à Fierté Montréal pour subir une opération aux cordes ­vocales.

Coup d'oeil sur cet article

Paillettes, faux cils, talons hauts et perruques; les Queens de Rupaul ­débarqueront en ville le week-end prochain. Le Werq the World Tour ­s’arrêtera à Montréal, emmenant avec lui Bianca Del Rio, Detox et autres Alyssa Edwards. Oreilles sensibles s’abstenir.

Alors à quoi s’attendre de ce spectacle? À tout. À «absolument tout», même.

«Quand j’ai un micro dans une main et un verre dans l’autre, n’importe quoi peut arriver», lance Bianca Del Rio dans un éclat de rire, en entretien téléphonique depuis le Texas avec Le Journal la semaine dernière.

«Avec moi, rien n’est scripté. Alors c’est une surprise à chaque fois», poursuit le personnage à l’humour acerbe, ­alter ego de l’Américain Roy Haylock.

Bien connue grâce à l’émission ­américaine RuPaul’s Drag Race (elle a remporté la sixième saison), Bianca Del Rio agira à titre de maîtresse de ­cérémonie pour cette soirée haute en couleur. Elle assurera donc les présentations de candidates passées et présentes de l’émission; parmi les invitées, ­Valentina et Shea Couleé étaient, au ­moment d’aller sous presse, toujours dans la course pour la saison actuelle.

Pour ceux qui sont peu (ou même pas) familiers avec l’émission RuPaul’s Drag Race, il s’agit d’une compétition télévisée au cours de laquelle des drag queens compétitionnent dans une série de défis, parfois sérieux, mais souvent farfelus, pour gagner le titre de nouvelle superstar du drag américain. Bref, un divertissant croisement entre America’s Next Top ­Model et America’s Got Talent.

Ne pas se prendre au sérieux

Chacune des invitées offrira donc un numéro dans la discipline de son choix. Humour, danse, musique, personnification, burlesque... Les possibilités sont pratiquement infinies, alors qu’elles s’exécuteront chacune en solo, puis dans des numéros de groupe.

«Un spectacle collectif comme celui-ci enlève beaucoup de pression à chacune d’entre nous. Dans des soirées solo, on doit avoir du matériel assez fort pour meubler deux heures. Mais ici, on peut se concentrer sur ce qu’on fait de mieux, ce qu’on a de meilleur, et simplement s’amuser», explique l’animatrice de la soirée.

Le seul mot d’ordre? Ne pas se prendre au sérieux.

«Ce n’est pas la place pour parler de politique ou d’enjeux importants. Le but, c’est de rire et de faire la fête. Après tout, nous sommes des hommes avec des perruques, alors pourquoi se prendre au sérieux», rigole Bianca Del Rio.


Le Werq the World Tour s’arrêtera ­samedi le 27 mai au Théâtre Berri.

Informations et billets au www.WerqTheWorld.com