/weekend
Navigation

Un prix hommage pour Lyse Lafontaine

La productrice Lyse Lafontaine lors d’une projection hommage du film Léolo au FFM en 2012.
Photo d’archives La productrice Lyse Lafontaine lors d’une projection hommage du film Léolo au FFM en 2012.

Coup d'oeil sur cet article

«Surprise et honorée»: c’est ainsi que s’est sentie la productrice des films ­Laurence Anyways et La passion ­d’Augustine, Lyse Lafontaine, en ­apprenant qu’elle sera la récipiendaire du premier prix Iris Hommage qui sera remis le 1er juin prochain lors du Gala des artisans du cinéma québécois.

«Je suis heureuse de recevoir ce prix, mais je suis aussi heureuse qu’il soit remis pendant le Gala des artisans parce que j’ai toujours considéré que mon travail de productrice se faisait dans l’ombre, ­explique Lyse Lafontaine, jointe la semaine dernière à Londres où elle travaille sur le plateau de tournage de The Death and Life of John F. Donovan, le premier film ­anglophone de Xavier Dolan.

«Je trouve ça bien qu’on se penche un peu sur le métier de producteur. Même dans le milieu, les gens connaissent peu notre travail. Sur le plateau de tournage d’un film, il y a plusieurs personnes qui font un travail très précis. Le rôle du ­producteur est plus général. Il doit ­accompagner l’œuvre du début à la fin et s’assurer que le cinéaste soit dans les meilleures conditions possible pour ­réaliser le film qu’il a en tête.»

Lyse Lafontaine œuvre comme ­productrice depuis une trentaine d’années. Elle a travaillé sur des films importants comme Laurence Anyways et Mommy de Xavier Dolan, La passion d’Augustine et Maman est chez le coiffeur de Léa Pool et Un dimanche à Kigali de Robert Favreau (d’après le roman de Gil Courtemanche).

Le premier film qu’elle a produit? Un certain Léolo de Jean-Claude Lauzon, en 1992.

«J’avais eu la chance de travailler avec Jean-Claude Lauzon sur certaines ­publicités qu’il a réalisées et on s’était bien entendus, raconte la productrice.

«Quand il a commencé à écrire Léolo, il m’a donc proposé de produire le film. Ç’a été un plaisir et un honneur de travailler avec lui. Il était si talentueux.»

De Lauzon à Dolan

Parmi les cinéastes qui ont marqué son parcours, Lyse Lafontaine cite bien sûr Jean-Claude Lauzon, mais aussi Léa Pool et Xavier Dolan.

«Xavier et Léa ont été de grandes ­rencontres et de grandes découvertes pour moi, indique-t-elle.

« Pour moi, Léa est une pionnière de notre cinéma; La passion d’Augustine est d’ailleurs un des films que j’ai produits dont je suis le plus fière. Quant à Xavier, son film Laurence Anyways a été une des productions importantes de ma carrière. C’était son premier film à gros budget et je considère qu’on y retrouve tout son univers dans un seul film. J’en suis aussi très fière.»


Le nouveau Gala des artisans aura lieu le 1er juin prochain, soit trois jours avant le Gala Québec Cinéma (anciennement la Soirée des Jutra). Une quinzaine de prix plus techniques seront décernés pendant cette soirée.