/opinion/columnists
Navigation

Prière de ne pas nourrir le monstre

Michel Larouche
Photo d’archives, Agence QMi Michel Larouche

Coup d'oeil sur cet article

Michel Larouche est le conjoint d’Hélène Martineau, portée disparue depuis la mi-avril. À sa propre demande, il a passé le test du détecteur de mensonges. Et, comme on dit chez nous, il l’a poché.

Dans ces circonstances, celui qui se proclame «suspect numéro un» aurait peut-être dû s’éloigner des médias et des réseaux sociaux. Il a plutôt choisi de faire le contraire.

Dans un long envoi Facebook, il remet en question l’acharnement des policiers à son endroit et la façon dont ils ont mené la séance de polygraphe.

SE PIÉGER SOI-MÊME

J’écrivais la semaine dernière qu’on devrait laisser les familles et les proches en paix lorsqu’une enquête débute. Qu’on devrait aussi laisser les policiers faire leur travail en évitant de se transformer en tribunal populaire cheap. Mais avouons que des fois, y a du monde qui font un peu exprès.

Le réseau social que constitue internet est devenu un monstre. Un monstre aux millions de têtes qui repoussent sans cesse. Des quidams peu, mal, ou pas du tout informés qui utilisent l’actualité comme activité de défoulement. Il y a toujours un complot, une conspiration, une arnaque. Tout le monde est suspect, et tous les suspects sont coupables.

La pire chose à faire avec ce monstre? Le nourrir. Tenter de s’expliquer, de répliquer, de se justifier. C’est peine perdue. Et on se retrouve rapidement et invariablement dans une guerre d’insultes qui ne mène nulle part.

Michel Larouche a décidé de jouer le jeu des médias. Il a donné des entrevues, fait des points de presse. Il a lui-même dévoilé que la SQ le considérait comme le suspect principal dans le dossier de la disparition de sa femme. Il a aussi pris les devants pour manifester sa volonté de passer le détecteur de mensonges.

Tout à fait normal que ça fasse réagir quand des journalistes apprennent qu’il échoue le test du polygraphe. Larouche s’est mis le pied dans le piège médiatique et il est en train de se refermer sur lui. Il a sans doute empiré les choses en tentant de se justifier sur sa page Facebook. Ça ne fait pas de lui un coupable, loin de là. Mais il ne peut plus blâmer les gens qui jasent à son sujet.

RETROUVONS HÉLÈNE MARTINEAU

Difficile de savoir ce qui se passe dans la tête et le cœur de gens qui vivent la disparition soudaine d’un proche. Certains se replient sur eux-mêmes. Certains deviennent très visibles pour tenter de faire avancer les recherches et trouver de nouvelles informations. On tente sans doute de toujours faire les bonnes choses.

Avec le temps qui passe et la tension qui monte, certains peuvent craquer. Et c’est compréhensible.

Mais défendre sa réputation personnelle dans les médias et sur internet n’aide en rien à retrouver une personne disparue. Et la priorité absolue demeure de retrouver Hélène Martineau.

À trop nourrir le monstre des médias, parfois, on risque de se faire bouffer tout rond.