/news/education
Navigation

Profs épuisés, élèves en difficulté

Une étude démontre que l’épuisement des enseignants affecte la réussite des élèves

Selon l’étude, faire la lutte à l’épuisement des enseignants permet, par ricochet, d’aider les élèves à mieux réussir à l’école.
Photo d'archives, Jean-François Desgagnés Selon l’étude, faire la lutte à l’épuisement des enseignants permet, par ricochet, d’aider les élèves à mieux réussir à l’école.

Coup d'oeil sur cet article

Pour aider les élèves à réussir, il faut aussi s’occuper de leurs profs. Selon une récente étude, l’épuisement des enseignants a un impact négatif sur la réussite de leurs élèves.

C’est ce que démontre une des rares études longitudinales réalisées au Québec sur le sujet. Une équipe de chercheurs de l’Université de Montréal a voulu savoir à quel point la fatigue des enseignants et le sentiment d’inefficacité en classe avaient un impact sur leurs élèves.

Pendant une année, ils ont suivi plus d’une centaine d’enseignants et leurs 1400 élèves de la troisième à la sixième année dans une douzaine d’écoles primaires, la plupart situées en milieu défavorisé.

Le verdict est limpide : «L’épuisement professionnel affecte la motivation, l’engagement, le rendement et la relation maître-élève», affirme Isabelle Archambault, professeure à l’École de psychoéducation, qui a participé à cette recherche.

«Au primaire, le lien que l’enseignant développe avec ses élèves, c’est majeur, surtout pour les élèves à risques ou les plus vulnérables, ajoute-t-elle. Si le prof n’est pas capable de développer ce lien-là parce qu’il se sent dépassé, ça va avoir un impact. On s’en doutait, mais maintenant, la démonstration est claire.»

La lutte à l’épuisement professionnel chez les enseignants permet donc, par ricochet, d’améliorer la réussite scolaire, poursuit Mme Archambault. «Nos résultats militent vraiment en faveur d’un soutien continu, pendant l’année scolaire, auprès des enseignants qui éprouvent des difficultés. J’ai l’impression qu’on ne met pas assez l’accent sur l’importance de soutenir les enseignants pour favoriser la réussite des élèves, même si on comprend qu’ils ont un rôle-clé.»

Au secondaire

Le même phénomène est toutefois plus difficile à démontrer au secondaire, où une étude a aussi été réalisée par la même équipe sans toutefois pouvoir établir de lien aussi direct.

Une autre recherche exploratoire menée cette fois par Thierry Karsenti, directeur du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE), indique toutefois que le décrochage enseignant ou l’épuisement professionnel «semble avoir un impact sur les élèves» du secondaire.

Les élèves qui ont perdu des enseignants en cours d’année scolaire sont moins motivés ou plus susceptibles de décrocher. Les motifs de départ des profs qui ont quitté pendant l’année scolaire peuvent toutefois varier, allant au-delà de l’épuisement professionnel.

Impact de l’épuisement professionnel des profs sur les élèves

Étude réalisée auprès de :

  • 1381 élèves de la 3e à la 6e année
  • 107 enseignants, dont 85% sont des femmes
  • Dans 5 écoles de Montréal et 7 écoles dans la région de Ste-Hyacinthe
  • La majorité de ces écoles sont situées en milieu défavorisé