/news/society
Navigation

Les immigrants apprennent à «cruiser» à la québécoise

Régine Coicou, coach de séduction, donne une conférence au Palais des congrès à Montréal le 1er juin prochain.
photo xavier savard-fournier Régine Coicou, coach de séduction, donne une conférence au Palais des congrès à Montréal le 1er juin prochain.

Coup d'oeil sur cet article

Les immigrants qui arrivent au Québec ont accès à des cours pour parler français, se trouver un emploi et... apprendre à cruiser.

«Moi, quand je suis arrivée ici, j’avais ma mentalité que ce sont les hommes qui font toujours les premiers pas. Comme ça n’arrivait pas tout le temps, j’avais l’impression que les Québécois ne draguaient pas», relate en riant Régine Coicou, qui est arrivée d’Haïti il y a deux ans.

La coach de séduction donne la conférence «La drague au Québec» pendant le Salon de l’immigration et de l’intégration, au Palais des congrès de Montréal, qui commence aujourd'hui.

Mme Coicou utilise sa propre expérience pour expliquer les règles de la cruise au Québec.

Par exemple, elle enseigne qu’il n’est pas acceptable de siffler les gens sur la rue, bien que cette pratique soit courante à Haïti et ailleurs dans le monde. Elle explique aussi que les Québécoises n’hésitent pas à exprimer leur intérêt amoureux.

Intégration

Ce genre de conférence ne date cependant pas d’hier. L’auteur, humoriste et biologiste Boucar Diouf se rappelle avoir reçu, à son arrivée au Québec en 1991, de petits cours et un livre pour l’aider à mieux s’intégrer, notamment par les codes de séduction.

«Je me souviens très bien. Un “non”, c’est un “non”. Ce n’est pas le début d’un “oui” pour celui qui insiste», explique-t-il.

Selon M. Diouf, ces cours sont très importants pour apprendre à vivre ensemble par la connaissance des codes culturels. Il croit aussi que cet enseignement est d’autant plus intéressant pour les jeunes, qui ont généralement «les hormones dans le tapis».

Puis, «un bisou, c’est universel. C’est le comble de l’intégration», lance Boucar Diouf à la blague. Cela a d’ailleurs fonctionné pour lui, qui a aujourd’hui deux enfants avec une Québécoise.

Boucar Diouf, Humoriste
Photo d'archives
Boucar Diouf, Humoriste

 

Bon pour le Québec

Si cette conférence peut sembler loufoque, elle fait partie des préoccupations de plusieurs immigrants, affirme Delphine Fiollet, porte-parole d’Immigrant Québec, qui organise le salon. Elle considère qu’une personne comblée dans son travail et dans sa vie amoureuse est une personne qui reste et qui va «favoriser l’essor du Québec».

C’est pourquoi Immigrant Québec intègre aussi à son salon des conférences sur les droits de la famille, la vie quotidienne et l’accès à la propriété afin de toucher à tous les aspects de la vie d’un immigrant, autant personnelle que professionnelle.

Comment les Québécois se différencient en séduction

On peut se fréquenter longtemps sans être en couple.

L’homme n’a pas toujours le réflexe de prendre l’addition au restaurant.

Les femmes sont plus enclines à aborder des hommes.

Plusieurs Québécois se déresponsabilisent de la rupture et arrêtent tout simplement de prendre contact pour signifier leur désintérêt.

SOURCE: David Paré, coach en séduction chez Lcodeseduction