/misc
Navigation

Doré à l’eau claire

Ce gros doré jaune s’est laissé tenter par un poisson-nageur de couleur perchaude, en pleine nuit, au lac du Cerf.
Photo courtoisie Ce gros doré jaune s’est laissé tenter par un poisson-nageur de couleur perchaude, en pleine nuit, au lac du Cerf.

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs plans d’eau abritent de belles populations de percidés jaunes difficiles à attraper.

Cette espèce, qui est la deuxième en popularité dans la Belle Province, derrière l’omble de fontaine, est relativement simple à déjouer lorsque l’eau est d’une teinte variant de légèrement teintée à opaque. Il en est tout autrement lorsque cette dernière est translucide.

Luminosité

Comme on le sait, le doré est lucifuge. Cela signifie qu’il évite d’exposer ses gros yeux globuleux aux rayons directs du soleil. Quand la teinte de l’eau n’empêche pas une partie de la lumière de s’enfoncer aussi profondément qu’elle le souhaite, le doré n’a pas d’autres choix que de rechercher des endroits plus profonds et ombragés. Dans de telles conditions, il se manifestera rarement durant le jour. En contrepartie, il deviendra très actif du crépuscule à l’aurore.

Un pro

Maxime St-Louis, fils de pourvoyeur, est guide depuis plus de deux décennies dans la région des Hautes-Laurentides. Il concentre ses activités de pêche au lac du Cerf et à la rivière du Lièvre. Bien qu’il passe environ 70 % de son temps à pourchasser les touladis, il taquine les gros dorés une quarantaine de soirs par saison.

Stratégie

Lorsque l’eau est translucide, M. St-Louis suggère de commencer à pêcher une demi-heure avant le coucher du soleil. Il préfère les soirées légèrement venteuses qui brisent le miroir à la surface du lac.

Pour maximiser vos chances, il est préférable de bien connaître le territoire afin de ne pas naviguer à tâtons et avec crainte. Le GPS, avec carte marine intégrée, s’avère un allié quasi indispensable. Le sonar, quant à lui, vous aidera à cibler les escarpements à proximité des rives rocheuses et sablonneuses qui s’enfoncent de trois à sept mètres de profondeur.

Maxime préconise la pêche à la traîne, à une distance d’environ 35 mètres derrière l’embarcation, avec des poissons-nageurs de forme allongée, qui plongent à trois ou quatre mètres, comme des Live Target ou des Rapalas, affichant une robe naturelle de couleur perchaude ou mené. À mesure que la noirceur s’intensifiera, il changera pour des couleurs plus visibles comme les couleurs orange, chartreuse, etc.

Pour mieux sentir son leurre travailler dans l’eau, il se sert d’un fil tressé de 10 livres de résistance. Puis, pour offrir une présentation encore plus invitante, il noue un bas de ligne invisible en fluorocarbone de quatre mètres de longueur.

Selon cet adepte, la majorité des gens qui obtiennent peu de résultats pêchent trop lentement. Pour sa part, il varie sa vitesse de 4 à 5,5 km/h (2,5 et 3,5 MPH).

Il applique continuellement des saccades afin de donner vie à son offrande. Il n’hésite pas non plus à entrer fréquemment en contact avec le fond afin d’occasionner des commotions et d’attirer l’attention des poissons visés.

Prudence

Avant de partir en excursion de nuit, il est important d’allumer vos lumières de navigation. Puis, si vous devenez un adepte, comme Maxime, il serait astucieux d’installer un système d’éclairage à la DEL fonctionnant avec le 12 volts de votre embarcation. Vous pourriez ainsi beaucoup mieux voir ce qui se passe dans le bateau et il vous serait également plus facile d’attacher vos nœuds, de puiser vos captures, etc.

Il est aussi impératif d’aviser une personne de confiance sur votre destination et sur l’heure de votre retour.

Pour en savoir plus, composez le 819 436-0399 ou visitez la page Facebook.com/maximest-louis.

De tout pour tous

 
Une occasion à ne pas manquer
 
Retenez que les 2, 3 et 4 juin prochains, dans le cadre de la Fête de la pêche, les amateurs de tous acabits pourront pêcher sans permis (sauf pour le saumon atlantique) dans toutes les régions du Québec où la réglementation le permet. Ce rendez-vous annuel représente une incroyable chance afin de découvrir ou de redécouvrir les joies de cette activité de prélèvement. Pour souligner cette belle initiative du MFFP, une foule d’activités sont organisées dans toutes les régions de la Belle Province. Si vous êtes déjà un amateur, donnez-vous comme mission d’initier un néophyte lors de ce week-end. Il deviendra peut-être  votre meilleur partenaire, un jour. Lorgnez du côté du site facebook.com/fetedelapeche pour en apprendre davantage.
 
Sépaq
 
En 2017, il en coûte 18,40 $ par personne pour le droit d’accès pour la pêche à la journée dans les différentes réserves fauniques. Si vous voulez utiliser leur embarcation, ce montant sera majoré à 61,40 $ pour une personne, à 79,20 $ pour deux et à 98,20 $ pour trois. Visitez le www.sepaq.com pour en apprendre plus ou composez le 1 800 665-6527.