/sports/others
Navigation

Simone Boilard continue d'épater la galerie à sa première année junior

La cycliste Simone Boilard.
PHOTO MICHEL GUILLEMETTE La cycliste Simone Boilard.

Coup d'oeil sur cet article

À sa première année chez les juniors, Simone Boilard continue d’impressionner. La jeune cycliste de Québec vient de remporter une étape d’une course professionnelle au Vermont, confirmant ses intentions de participer aux Championnats du monde juniors sur route en Norvège, en septembre prochain.

Simone Boilard avait fait parler d’elle l’an dernier pour ses succès précoces à l’échelle nationale. Championne canadienne junior du contre-la-montre et première au cumulatif à l’issue de la compétition alors qu’elle n’était que cadette, elle avait dû renoncer à côtoyer l’élite internationale puisqu’elle était trop jeune.

Cette fois, à 16 ans (17 en juillet), l’adolescente ne compte pas rater l’occasion d’être invitée à arborer le maillot à la feuille d’érable à la plus prestigieuse course de la saison au calendrier de l’UCI.

Sa victoire à la Killington Stage Race contre des filles plus âgées qu’elle, quelques semaines après s’être qualifiée pour les Jeux du Canada qui auront lieu à Winnipeg durant l’été, témoigne de sa volonté de se hisser au sommet de son sport. Elle a fini deuxième au classement général de cette course comprenant trois étapes. La jeune femme garde la tête bien froide malgré tout.

«L’objectif était surtout de travailler en équipe et d’essayer des tactiques en équipe. Les montées, c’est pas mal ma force. Je ne me dis pas que je devrais être professionnelle car j’ai gagné une course de ce niveau. Je reste rationnelle. Je vois qu’il me manque quelque chose en courant contre elles», a raconté celle qui s’aligne depuis cette saison avec l’équipe Desjardins Ford.

Progression à gérer

L’équipe qui entoure la cycliste veille à ce qu’elle ne «brûle pas d’étapes» alors qu’il serait tentant de la faire courir davantage avec les professionnelles. Mais son entraîneure Christine Gillard n’y tient pas tout de suite.

«Ma coache et moi, on ne veut pas brûler d’étapes. Elle ne voulait d’ailleurs pas que j’aille à une course internationale UCI à Gatineau avec l’équipe senior pour cette raison. Ce n’est pas nécessairement bon de vouloir tout vivre tout de suite alors que je n’ai pas suffisamment de maturité», a reconnu la lauréate du Maurice athlète féminine provincial au Gala Sport-Québec.

À Winnipeg, Boilard roulera chez les U23. «J’irai là-bas avec un objectif d’équipe, à titre de coéquipière, et non en tant que Simone Boilard, pour qu’on conserve notre titre. Ça va être intéressant de courir de cette façon.»

Gatineau comme tremplin

Les sélections nationales pour le Mondial junior se tiendront à Gatineau, du 24 au 28 juin. Après quoi elle se concentrera à conserver ses maillots au Tour de la relève internationale de Rimouski, prévue du 5 au 9 juillet. «C’est mon objectif majeur. Je veux performer», a assuré l’athlète de Québec, en parlant du rendez-vous planétaire sur route.