/entertainment/radio
Navigation

[AUDIO] Jean-François Gosselin s’est politisé en écoutant Jeff Fillion

Jean-François Gosselin
Photo d'archives Didier Desbusschère Jean-François Gosselin

Coup d'oeil sur cet article

En entrevue à l’émission Gravel dans le retour à CHOI 98,1, mercredi, Jean-François Gosselin, un des adversaires de Régis Labeaume aux prochaines élections municipales, a affirmé que c’est en écoutant Jeff Fillion qu’il s’est politisé.

Gosselin explique que c’est lorsqu’il est revenu des États-Unis, plus jeune, qu’il a commencé à écouter la radio.

«J’écoutais CHOI et c’est là que j’ai commencé à me politiser. Autant à CHOI que les autres... bien... CHOI était vraiment un précurseur à mon avis. Je me souviens d’avoir entendu pour la première fois la voix de Jeff Fillion, puis là je me suis dit que c’était la même voix qu’Howard Stern que j’écoutais beaucoup aux États-Unis. Je me souviendrai toujours de ça. C’est un peu comme ça que j’ai été politisé», a-t-il expliqué.

Ce que le chef de Québec 21 aime de la radio parlée à Québec

«Ce que j’aime, d’écouter la radio parlée à Québec, autant Jeff Fillion que d’autres, c’est que je ne suis pas toujours d’accord avec ce que vous dites (les radios). Ça suscite des bons débats. J’adore les débats. Un de mes anciens voisins était candidat pour Québec Solidaire, Sébastien Bouchard, super bon gars, super père de famille. On discutait au parc pendant que les enfants s’amusaient. On ne pense pas pareil, mais au moins on est capable de débattre dans le respect et c’est ce que j’aime. C’est ce que je veux faire à la campagne (électorale) à l’automne. Je veux débattre des idées. Le problème de Mme Guérette, de Démocratie Québec, c’est qu’ils ont les mêmes idées, les mêmes visions que Régis Labeaume pour la ville de Québec. »

Le candidat des radios?

Gosselin dit que ça ne lui dérange pas que les gens l’associent aux radios de Québec, mais il n’est pas d’accord avec l’affirmation.

«Ça ne me dérange pas, mais je ne suis pas le candidat seulement des radios. Je crois que je suis le candidat de tous les citoyens de la ville de Québec. Si des adversaires politiques ou chroniqueurs politiques veulent m’étiqueter avec un slogan comme ça... c’est à eux de le faire, mais Québec 21 c’est pour 21 districts. Je veux être le maire de toute la ville au complet, mais je ne vous cacherai pas que je consomme beaucoup de médias de Québec, incluant les radios privées de Québec.»

Pour écouter l’extrait complet :