/news/provincial
Navigation

Labeaume invité à ne pas céder à la «radio-poubelle»

Le maire Labeaume appelé à faire preuve d’audace

Labeaume invité à ne pas céder à la «radio-poubelle»
Photo Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Devant une salle bondée, plusieurs intervenants ont invité le maire Labeaume à faire preuve «d’audace» et à ne pas céder à la «radio-poubelle» dans le débat sur le transport en commun à Québec.

Les idées ont fusé de toutes parts, mercredi soir, au Club social Victoria, aux limites de Saint-Roch et de Limoilou, lors de la deuxième soirée de consultations sur la mobilité durable. Une cinquantaine d’intervenants ont multiplié les suggestions généralement favorables à un système de transport collectif «structurant». Il a été notamment question d’un métro, d’un train de banlieue, d’un tramway, d’autobus rapides, de stationnements incitatifs, de taxe sur l’essence et de plus de place aux cyclistes.

Pierre-Yves Chopin a été très applaudi lorsqu’il a invité le maire de Québec à s’inspirer de son homologue bordelais, Alain Juppé. «Enlevez la place aux voitures», a-t-il suggéré en invitant l’administration municipale à «faire vite, avec audace et courage». Même raisonnement du côté d’Éric Michaud. «S’il faut déranger, dérangez», a-t-il lancé au maire en proposant de retrancher une voie de circulation sur le boulevard René-Lévesque.

Tracé sur Charest critiqué

Sébastien Bouchard, de Québec solidaire, a affirmé qu’au lieu du «désert urbain» sur le boulevard Charest, le trajet d’un éventuel tramway devrait emprunter le circuit actuel des Métrobus quitte à instaurer un sens unique. Selon lui, «c’est le temps de tasser la radio-poubelle» trop influente à son goût.

Assurant qu’il existe «une masse critique de gens qui veulent prendre le transport en commun», Marie Beaudin a ajouté qu’un tracé sur René-Lévesque répondrait aux besoins pressants des usagers.

Autres interventions

Nicolas Saucier a dit ne pas comprendre que l’aéroport de Québec soit pratiquement inaccessible par bus. Il est pourtant possible de se rendre directement, par bus, de Sainte-Foy à l’aéroport de Montréal. «Cherchez l’erreur!», a-t-il lancé.

De son côté, le chauffeur de taxi, Omar Berri, a suggéré une privatisation partielle du service de transport en commun. «La compétition aide beaucoup», a-t-il soutenu en donnant l’exemple de Casablanca, au Maroc.

Monique Toutant a soutenu que les tarifs actuels des bus sont «totalement exorbitants» pour les personnes à faible revenu. Émilie Frémont-Cloutier a demandé l’instauration d’une «tarification sociale» pour le futur système de transport structurant. Les hauts fonctionnaires de la Ville ont répondu qu’il est trop tôt pour répondre à la question des tarifs.

En début de soirée, le maire de Québec a assuré qu’il ne s’oppose pas aux automobilistes. «Je ne suis pas Hulk (le super-héros) qui se développe et qui essaye d’éliminer les autos», a-t-il déclaré.