/news/education
Navigation

Un message d’espoir pour les futurs entrepreneurs

Le fondateur de la chaîne Couche-Tard, Alain Bouchard, reçoit un doctorat honorifique

DM alain bouchard-01
photo daniel mallard «Rêvez, rêvez grand et rêvez beaucoup», a conseillé Alain Bouchard, samedi, alors qu’on lui a remis un doctorat honorifique.

Coup d'oeil sur cet article

«Pour moi qui n’ai jamais reçu de diplôme universitaire, je commence fort!» Ce sont les mots de l’homme d’affaires Alain Bouchard qui, samedi, ­a reçu avec émotion un doctorat honorifique de l’Université Laval et a lancé un message rempli d’optimisme aux nouveaux diplômés.

L’Université Laval a remis au fondateur de la chaîne de dépanneurs Couche-Tard sa plus haute distinction dans le cadre de la collation des grades, qui bat son plein. Sept autres personnalités, dans des domaines variés allant de la médecine à la musique, se sont vu remettre ou recevront bientôt une reconnaissance similaire.

Le doyen Jean-Claude Dufour a souligné la vision de l’homme d’affaires ainsi que la persévérance et la détermination qui ont fait son succès.

Autant de valeurs que le roi du dépanneur s’est efforcé de transmettre aux centaines de finissants assis devant lui.

«Vous êtes confrontés à un avenir formidable. [...] Vous êtes nés dans un temps où il peut se passer tellement de choses... Peut-être même tenterez-vous de me mettre en faillite!» a-t-il lancé à l’assistance sur le ton de la plaisanterie.

La passion d’abord

Plus sérieusement, Alain Bouchard a insisté sur la passion qui doit animer ceux qui choisissent son métier.

«Rêvez, rêvez grand et rêvez beaucoup. Mais avant de prendre trop de décisions, prenez un temps d’arrêt. La vie est courte, vous savez», a-t-il dit, invitant les femmes et les hommes devant lui à se demander, au cours de leur carrière, s’ils aiment ce qu’ils font.

Les temps changent

Pour Alain Bouchard, qui a commencé sa carrière au bas de l’échelle, la réception d’un diplôme honorifique prenait un peu des airs de revanche – mais dépourvue de toute rancœur –, dans le gymnase du PEPS de l’Université Laval.

Selon lui, les jeunes sont aujourd’hui appelés à prendre des décisions importantes tôt dans leur vie. Les études et la connaissance ouvrent de nombreuses portes, mais elles peuvent aussi être des sources d’inquiétude et de confusion. «C’est un avantage d’avoir tous ces choix-là, mais ça peut aussi être un risque», a-t-il dit, tout en relativisant les choses. «Commencez avec quelque chose et, si vous découvrez que vous n’aimez pas ça, allez faire autre chose.»

Qui est Alain Bouchard ?

  • Né en 1949 à Chicoutimi
  • Entame sa carrière à l’adolescence dans un dépanneur
  • Fortune de 3,1 milliards $ selon le magazine Forbes

L’empire Couche-tard

  • Début des activités en 1980 avec l’ouverture d’un premier magasin à Laval
  • 12 500 magasins dans 24 pays
  • 115 000 employés
  • Deviendra le numéro 1 au Canada et aux États-Unis si l’acquisition de la chaîne CST Brands est confirmée

De plus en plus de diplômes décernés

L’Université Laval décerne plus de diplômes qu’il y a cinq ans, a révélé l’établissement en marge des cérémonies de la collation des grades.

Quelque 11 250 finissants rejoindront cette année la grande communauté des diplômés de l’Université Laval, qui en compte plus de 285 000 aux quatre coins du monde.

C’est une hausse de plus de 5,3 % par rapport à 2012-2013, lorsque près de 10 700 diplômes avaient été remis. Cet écart va vraisemblablement s’accroître, observe l’université, puisque le nombre de ces précieux certificats ne peut qu’augmenter au cours des prochaines semaines.

De quoi réjouir la nouvelle rectrice Sophie D’Amours, qui préfère néanmoins se montrer prudente.

«Nous connaissons bien les défis de recrutement auxquels les établissements d’enseignement font face, a-t-elle noté dans un communiqué. La hausse observée depuis les cinq dernières années pourrait tout aussi bien ralentir ou se stabiliser au cours des années à venir.»

Celle qui est entrée en poste au début du mois entend redoubler d’efforts au cours des prochains mois et des prochaines années pour «attirer de nouveaux talents et recruter de nouveaux étudiants».

Toujours plus de femmes

Mme D’Amours préside pour la première fois, ce week-end et le suivant, les cérémonies de remise des diplômes. Pas moins de 22 000 personnes, finissants et familles, sont attendues.

«Avec leur diplôme de l’Université Laval en main, tout est possible. L’avenir se concrétise, les possibilités de réaliser de grandes choses se multiplient», affirme la rectrice.

Fait à souligner, les femmes sont toujours aussi bien représentées, puisqu’elles ont obtenu près de 62 % des diplômes remis.

Les chiffres sont à l’opposé de ceux observés en 1975, mentionne l’Université Laval.