/news/health
Navigation

Santé Canada se penche sur la publicité des boissons et aliments malsains destinée aux enfants

bloc situation malbouffe
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

ST. JOHN’S, T.-N.-L. | Santé Canada a annoncé samedi qu’elle mettait sur pied deux consultations publiques, dont l’une qui se penchera sur la restriction de la publicité des boissons et des aliments malsains visant les enfants.

C’est Joël Lightbound, le secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé Jane Philpott, qui en a fait l’annonce dans le cadre du Congrès national des diététistes du Canada qui se tient à St. John's, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Selon Ottawa, «l'approche proposée a pour but de protéger les enfants contre les tactiques publicitaires qui les encouragent à manger des aliments mauvais pour la santé et d'aider les familles à faire des choix alimentaires sains».

La deuxième consultation s’intéressera à la révision du Guide alimentaire canadien en vue de créer de nouveaux messages, outils et ressources s’adressant aux consommateurs. Une première consultation réalisée l’automne dernier autour du Guide alimentaire avait permis de recueillir 20 000 mémoires.

Les deux consultations lancées samedi, qui se dérouleront jusqu’au 25 juillet 2017, s’inscrivent dans le cadre de la Stratégie en matière de saine alimentation, laquelle s’intéresse particulièrement au sodium, aux gras trans, aux sucres et aux colorants alimentaires.

«La publicité destinée aux enfants est tellement généralisée de nos jours, et il devient de plus en plus difficile pour les parents de limiter l'exposition de leurs enfants à ces messages malsains. Nous sommes déterminés à aider les parents et leurs enfants à faire des choix santé en limitant la publicité des aliments malsains et en offrant des conseils plus utiles et plus simples aux parents», a indiqué la ministre canadienne de la Santé, Jane Philpott, par communiqué.

Selon les informations émanant du gouvernement fédéral, un Canadien sur cinq vit avec une maladie chronique comme le cancer ou le diabète, lesquelles sont associées notamment à l’alimentation dès le plus jeune âge. De plus, neuf personnes sur dix au pays ne mangent pas suffisamment de fruits et légumes, et un ado sur trois mangera dans un restaurant de restauration-minute aujourd’hui.

Enfin, chaque heure passée devant le petit écran, les enfants voient en moyenne quatre à cinq publicités pour des aliments et des boissons; entre 65 % et 80 % de ces produits «ne sont pas conformes aux lignes directrices alimentaires actuelles du Canada», a-t-on précisé.