/news/society
Navigation

Il vit dans la forêt depuis 5 ans

Le jeune homme habite seul en mangeant des écureuils et en jouant de la musique

Je change de vie
Photo magalie lapointe Lucas Besse-Dicaire a dormi dans cet arbre du parc Lafontaine à l’âge de 12 ans.

Coup d'oeil sur cet article

LA VÉRENDRYE | Un homme qui a toujours eu pour héros Tarzan vit seul dans la forêt depuis cinq ans en mangeant des chevreuils morts sur le bord de la route et en jouant de la musique aux orignaux.

Lucas Besse-Dicaire, 23 ans, a un style de vie hors du commun. Il habite seul dans la réserve faunique La Vérendrye, quelque part entre Mont-Laurier et Val-d’Or.

Il est entouré de 12 589 km carrés de forêt, soit 26 fois l’île de Montréal. Le village autochtone le plus proche est à 80 kilomètres de marche. Ses voisins immédiats sont à 15 kilomètres. Il s’agit d'Algonquins qui voulaient avoir la paix, comme lui.

Pour atteindre son paradis, il faut marcher 15 kilomètres dans le bois à partir de la route 117. Il n’y a même pas de sentiers, pour ne pas attirer les curieux.

Même les fonctionnaires de la SÉPAQ, qui gèrent la réserve faunique La Vérendrye, ignorent qu’il y habite tellement le territoire est vaste et encore sauvage. Ses amis autochtones le connaissent et lui permettent de chasser sur leurs terres ancestrales. En échange, il leur rend quelques services.

Ici, pas d’électricité ni de téléphone ou d’internet, juste des mouches noires et des millions d’étoiles dans le ciel.

«C’est ça qui m’a amené ici. Je n’en pouvais plus à Montréal de ne pas pouvoir regarder le ciel, d’être entouré d’usines et de bruit», a-t-il dit.

Sur le pouce

Deux fois par mois, il se rend en autostop à l’épicerie la plus proche, qui est à environ 90 kilomètres, pour fouiller dans les poubelles pour faire des provisions. Il a déjà passé toute une année sans rien acheter à l’épicerie.

D’ailleurs, son budget annuel est d’environ 50 $. Son plus gros achat des dernières années a été une paire de bottes.

Chevreuil mort

Un bon matin de février, alors qu’il faisait de l’autostop, Lucas Besse-Dicaire a demandé à l’automobiliste qui avait accepté de l’embarquer de s’arrêter. Il venait de voir deux cerfs de Virginie morts sur le bord de la route. Il a dépecé une des deux carcasses avec son couteau sous les yeux ébahis de l’automobiliste, qui ignorait sa façon de vivre.

Après avoir terminé, l’homme de 23 ans a embarqué à nouveau dans la voiture avec plusieurs précieuses pièces de viande dans son sac à dos.

Santé

Pour lui, ce que les autres considèrent comme des déchets devient une question de survie.

«En forêt, je ne chasse jamais d’orignaux ou de chevreuils. Mais quand j’en trouve sur le bord de la route, je suis heureux», a-t-il dit.

S’il lui arrivait un accident, personne ne viendrait le chercher. Il en est bien conscient, c'est pourquoi sa santé physique et mentale est sa priorité.

Chaque mois, il reçoit de la visite d’amis ou de la famille qui l’aident dans ses travaux et qui le désennuient. Mais il préfère les moments où il se retrouve seul, couché sur le sol, la nuit. Il regarde les étoiles et écoute les meutes de loups qui dominent la forêt.

Pour vaincre la solitude, il joue de 30 minutes à deux heures de musique chaque jour. Selon son humeur, il peut choisir entre sa flûte traversière, son violoncelle, son saxophone ou sa guitare.

Il pratique également des arts martiaux quotidiennement sur des tapis qu’il a transportés jusqu’à son havre. Il lutte seul contre lui même, contre son esprit.

Nomade

Je change de vie
Photo courtoisie

Celui que ses amis appellent «Tarzan» habite dans un wigwam, un abri de 25 pieds de long par 17 pieds de large et 12 pieds de haut, qu'il a construit à partir de bois franc et de corde. Traditionnellement, ce type de résidences étaient utilisées par les autochtones semi-nomades. C’est d’ailleurs le cas de Lucas, qui quitte sa résidence pendant plusieurs semaines pour la saison du sirop d’érable.

Changement de vie

Dans son wigwam du parc de La Vérendrye où il peut habiter même en hiver. La plupart de ses passions sont exposées sur cette photo: la tannerie, la fauconnerie et l'artisanat.
Photo courtoisie
Dans son wigwam du parc de La Vérendrye où il peut habiter même en hiver. La plupart de ses passions sont exposées sur cette photo: la tannerie, la fauconnerie et l'artisanat.

Pourtant, rien ne prédestinait cet élève doué à tout abandonner pour vivre parmi les ours et les loups comme son idole de jeunesse, Tarzan.

Lucas est né à Montréal dans une famille de classe moyenne, les pieds sur l’asphalte.

Sa mère et son père ont toujours préféré la ville à la campagne. Mais alors qu’il ne lui restait que deux semaines à faire pour obtenir son diplôme secondaire, il a décidé d’abandonner et de prendre le chemin de la forêt.

«Je n’en pouvais plus. J’avais l’appel de la nature depuis trop longtemps. Tous mes amis fumaient du pot, buvaient de la bière pour avoir du plaisir. Même aller à La Ronde je trouvais ça malsain. Je trouvais ça triste de ne plus pouvoir apprécier un coucher de soleil. Je voulais réapprendre à aimer les petites choses», a-t-il expliqué.

Il voulait vivre comme ses ancêtres et être privé de confort pour mieux l’apprécier.

Depuis qu’il est tout jeune, il préfère la nature aux humains. Dans son enfance, son meilleur ami était un gros peuplier à qui il se confiait. Il a passé sa première nuit en plein air à 12 ans, à quatre mètres du sol sur une branche d’un arbre dans le parc Lafontaine. Il s’était alors promis qu’un jour, il pourrait admirer les étoiles sans les usines ou les commerces en toile de fond.

Bataille avec un ours

Pour se nourrir, il part parfois à la chasse armé de son arc et de ses collets, ou il va à la rivière avec sa canne à pêche. Il n’a jamais utilisé de fusil, une technologie qui ne laisse pas assez de chances à l’animal de se défendre, selon lui.

«Je ne veux pas dominer la forêt, je veux simplement en faire partie. J’épargne les animaux. Je peux être une semaine sans chasser le petit gibier. Je me nourris beaucoup de nourriture sèche, que je trouve dans les poubelles. Je ne suis pas un bon jardinier non plus, voilà pourquoi je mange de la courge. C’est un aliment qui pousse facilement et c’est très nourrissant alors j’en mange très souvent», s’est-il exclamé.

D’ailleurs, un bon matin de septembre, il s’est bien aperçu qu’il faisait partie de la forêt alors qu’il est tombé face à face avec un ours noir. C'est la seule fois qu'il en a vu un d'aussi près, mais il n'a pas eu peur. Le seul animal qui l'effraie est le grizzly, mais il n’y en a pas au Québec. Il a donc foncé droit sur l'ours, il a hurlé de toutes ses forces, a fait du bruit avec ses pas et sa machette en fouettant les branches. L'ours a finalement rebroussé le chemin.

- 51 degrés

Même si son wigwam le protège relativement bien du vent et du froid, les hivers dans la Réserve faunique La Vérendrye sont longs et rigoureux. Il s’agit tout de même de sa saison préférée, alors qu’il y a encore moins d’humains à proximité.

Pendant la visite d’un de ses amis, le mercure a chuté jusqu’à -51 degrés Celsius.

«Nous avons dû mettre du bois dans le poêle à sept reprises pendant la nuit», a-t-il dit.

D’ailleurs, pendant l’hiver, il doit scier environ 25 à 30 cordes de bois, qu’il coupe avec sa scie à chaîne, le seul moteur à essence qu’il utilise.

Il transporte ensuite ses arbres dans un traîneau, qu’il tire avec sa seule force physique. Il fend ensuite les bûches avec sa hache.

Pour sa survie, 14 à 18 cordes sont nécessaires, puis il en scie 10 à 12 cordes supplémentaires pour ses voisins Autochtones.

«L’hiver, je dois me réveiller à 5 h pour alimenter le feu. Souvent, j’allume une chandelle et je me tape quelques pages de mon livre. À ce moment, il fait chaud, je suis bien», a décrit le Montréalais d’origine.

Eau

Pour s’hydrater, la rivière la plus proche est située à 250 mètres de son habitation.

Il s’abreuve à même le lac et, pour ne pas mouiller ses bottes de pluie, il se tient en équilibre au-dessus de l'eau.
Photo courtoisie
Il s’abreuve à même le lac et, pour ne pas mouiller ses bottes de pluie, il se tient en équilibre au-dessus de l'eau.

Même si l’été s’abreuver est relativement simple, il en est autrement en hiver.

Chaque fois qu’il se rend puiser l’eau, il doit apporter les outils nécessaires pour creuser un trou dans la glace, puis remplir son baril d’eau.

Après avoir fait ses tâches pour manger et s’abreuver, il réfléchit à son projet du jour. Il peut fabriquer des outils ou un campement secondaire, par exemple. Chaque journée est différente et c'est ce qu'il préfère de sa vie dans le bois. L'absence de la routine. Il a rarement un horaire, sauf au printemps pour le temps des sucres ou l'hiver lorsqu'il doit absolument aller bûcher du bois pour survivre au froid.

Douze brûlures pour prouver qu’il est différent

À l’âge de 16 ans, Lucas Besse-Dicaire a demandé à son père de le brûler à 12 endroits sur son torse et son dos avec un outil spécial en forme de petit triangle qu’il a conçu pour apprendre à passer par-dessus la douleur.

«Le cheminement spirituel de passer par-dessus la douleur, c’est extrêmement enrichissant. C’est une expérience qui aide à revaloriser son état de bien-être», a exprimé l’homme
de 23 ans.

Son père ne voulait pas faire de mal à son fils. L’adolescent de l’époque a réussi à le convaincre que c’était cool et que, de toute façon, il allait le faire. Que si ce n’était pas lui qui le brûlait, ce serait un inconnu qu’il paierait pour le faire.

Devant l’insistance de son fils, le père a finalement accepté de le brûler. Les 12 brûlures sont étendues sur son torse et son dos, et forment un collier encore bien visible.

«Dans la vie, je ne peux pas me laisser abattre ni me laisser dominer par la douleur. Si je suis paralysé par la douleur et que je ne peux contrôler mon corps et mes gestes, je ne pourrai plus avancer. C’est un entraînement qui provient du Samouraï de savoir réagir aux moments critiques», a-t-il dit.

Ses animaux

Lucas Besse-Dicaire avait domestiqué une buse qui l’aidait à la chasse, mais elle est décédée après un an.
Photo courtoisie
Lucas Besse-Dicaire avait domestiqué une buse qui l’aidait à la chasse, mais elle est décédée après un an.

Pendant un an, il a entraîné une buse afin qu’elle puisse l’accompagner lors de la chasse. Pour ne faire qu’un avec sa buse, il avait suivi une formation dans une école de fauconnerie.

Elle est décédée d’une infection après seulement un an dans le bois avec Lucas.

Il a également eu un chien-loup, qu’il avait trouvé abandonné dans la forêt. Le chien-loup est mort quelque temps après le décès de sa buse. Lucas a eu de la difficulté à se remettre de la mort de ses deux animaux et compagnons de vie. Partout où il allait, il les amenait.

Je change de vie
Photo courtoisie

Il fait son propre sirop d’érable

Chaque mois de janvier, Lucas Besse-Dicaire entreprend sa plus importante expédition de l’année pour aller préparer et faire son sirop d’érable, le seul sucre qu’il consommera pendant toute l’année.

Avec la voiture d'un ami, les deux gars doivent rouler 35 kilomètres avant de se stationner. Puis, ils devront marcher 5 à 6 kilomètres dans la forêt en pente ascendante en tirant chacun un traîneau rempli du matériel nécessaire à la fabrication du sirop, dont un poêle à bois et un grand chaudron rectangulaire pour faire bouillir l’eau d’érable.

Une tente d’armée doit aussi être apportée, pour assurer leur survie lors des trois nuits que durera l’expédition.

Les traîneaux sont chargés d’au moins 150 livres d’équipement chacun. Il restera à cet endroit jusqu’en avril ou en mai, le temps d’entailler, de récolter l’eau et de la transformer en    sirop.

Les aliments qu’il trouve dans la forêt

Je change de vie
Photo courtoisie
  • Bleuets
  • Framboises
  • Mûres
  • Champignons (dontle chaga, l’un des champignons les plus riches en nutriments)
  • Queues de quenouilles (conserves)
  • Têtes de violon (au printemps pour les conserves)
  • Des petits animaux comme le lièvre ou l’hermine (photo)

Courir nu dans la nature

Je change de vie
Photo courtoisie

Tous les matins d’été, Lucas court nu dans la nature. Après son jogging, il plonge dans le lac pour se laver.

L’hiver, il a un vieux bain en fonte à l’extérieur de son habitation. Il se fait bouillir de l’eau, la verse dans le bain, puis se lave en observant le paysage blanc autour de lui.

Pour ses besoins, il s’est construit une bécosse.

Il coupe le cordon ombilical de son fils avec ses dents

Lucas Besse-Dicaire a joué du violoncelle pendant que la mère de son enfant avait des contractions dans son appartement, et il a mordu le cordon ombilical au lieu de le couper avec une paire de ciseaux.

Son fils Sovan est né à Montréal en décembre 2016. Les deux grand-mères, une sage-femme et une aide-sage-femme, étaient présentes lors de l’accouchement, qui s’est déroulé à l’appartement de la maman du bébé.

L’arrivée du petit a changé le style de vie de Lucas Besse-Dicaire, puisqu’il vit maintenant une semaine sur deux dans son wigwam et l’autre semaine chez la mère de Sovan, à Montréal.

«J’ai vu sa petite face et je l’ai aperçu. Il était tellement beau plein de sang avec ses lèvres pulpeuses. J’ai coupé le cordon avec mes dents parce que je voulais faire les choses différemment. J’ai eu du liquide dans ma bouche, ça goûtait salé. À ce moment précis, j’ai ressenti moi aussi un sentiment d’amour profond», a raconté le nouveau papa.

Défi

Depuis la naissance de Sovan, l’homme est à cheval entre son wigwam et la métropole. Il trouve cette situation difficile puisque, d’un côté, il aimerait être plus présent avec son enfant et que, de l’autre, il a toujours ce besoin de vivre dans la nature.

L’objectif à court terme est que Lucas puisse recevoir son garçon et la maman chez lui dans son wigwam. Pour la maman, ce sera sa deuxième maison, car elle souhaite garder un pied-à-terre à Montréal.

Plus tard

Lorsque Sovan sera à l’âge de fréquenter l’école, les parents souhaitent se regrouper avec des amis qui ont aussi des enfants du même âge et faire l’école à la maison. «Dans un monde idéal, j’aimerais ne jamais vivre en ville. J’aimerais acheter une terre et faire partie d’un écovillage. Comme ça, nous pourrions échanger les tâches comme l’école à la maison, la subsistance, le jardinage. Bref, vivre avec les avantages qu’un groupe apporte», a expliqué Lucas.