/news/provincial
Navigation

Pas de mouvement anti-transport collectif à Québec, selon le maire

Régis Labeaume est « content » d’avoir assisté aux consultations publiques

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a reconnu que le mode de transport en commun à implanter ne fait pas consensus. «Tout le monde a son idée là-dessus», a-t-il dit.
Photo Stevens LeBlanc Le maire de Québec, Régis Labeaume, a reconnu que le mode de transport en commun à implanter ne fait pas consensus. «Tout le monde a son idée là-dessus», a-t-il dit.

Coup d'oeil sur cet article

Il n’y a pas de mouvement anti-transport collectif à Québec, constate Régis Labeaume, au terme d’une ronde de consultations publiques sur la mobilité.

Le maire de Québec se réjouissait, lundi, de l’exercice mené la semaine dernière. Quatre séances de consultations sur le transport en commun ont achevé de le convaincre que les citoyens y sont, en très grande majorité, favorables.

«Je suis content d’avoir fait ça et d’y avoir assisté. On va recommencer à parler positivement, du transport collectif à Québec.»

La grogne contre les investissements en transport collectif n’a pas trouvé beaucoup d’écho dans les séances publiques.

«À Neufchâtel, s’il y avait eu un mouvement anti-transport collectif, on l’aurait senti. Visiblement, ça n’existe pas. Ceux qui étaient là se plaignaient de la qualité du transport collectif. Ils n’ont pas dit qu’ils étaient contre le transport collectif.»

Une faible minorité

Pour lui, le discours contre le transport en commun n’est représentatif que d’une faible minorité. «Je fais attention parce qu’il y en a qui vont décider d’être un mouvement à 20. On a vu 750 personnes et personne n’est allé dire que le transport collectif n’a pas de bon sens. [...] La question, c’est quelle sorte de transport collectif et quelle qualité on doit lui donner.»

Il restera maintenant à s’entendre sur le mode de transport, qui est loin d’avoir fait consensus jusqu’à maintenant. «Le mode, c’est pas évident, a convenu Régis Labeaume. Tout le monde a son idée là-dessus.»

Le conseiller Rémy Normand, qui est également président du Réseau de transport de la Capitale (RTC), ne s’en formalise pas trop.

«On n’avait pas l’objectif d’arriver à un consensus à la fin [...]. Au bout de l’exercice, on va chercher à avoir un consensus. Mais il y a encore des éléments de la démarche qui sont en cours.»

Satisfait de l’engouement

M. Normand s’est félicité de l’engouement pour les consultations. «On est extrêmement satisfaits de la participation des citoyens. Il faut prendre acte de ça et travailler à trouver des éléments de réponses à chacun des commentaires qui ont été faits», a-t-il soutenu.

D’autre part, il a assuré que le RTC «prendra en considération» la question de la desserte par bus de l’aéroport de Québec, un enjeu évoqué à quelques reprises lors des consultations.

Prochaines étapes

  • Un comité consultatif sur la mobilité durable a vu le jour en mai. Des mémoires pourront lui être soumis jusqu’au 26 août.
  • En septembre, le RTC effectuera une tournée des arrondissements.
  • Un colloque international sur la mobilité sera organisé les 12 et 13 septembre.
  • Un bilan «provisoire» sera présenté le 15 septembre, avant le déclenchement de la campagne électorale.

— Avec la collaboration de Taïeb Moalla