/opinion/columnists
Navigation

Une ville sans voiture et sans radio

Régis Labeaume
Photo Jean-francois Desgagnes Régis Labeaume

Coup d'oeil sur cet article

Avez-vous participé aux consultations publiques sur le transport à Québec? Maintenant qu’elles sont terminées, on peut dire qu’elles ne mèneront à aucune solution concrète.

On y a encore beaucoup entendu les idées délirantes de la gauche anti-automobile fanatique.

«Il n’y a aucune raison d’entrer dans un centre-ville en voiture...»

«Il faut tasser la radio poubelle trop influente...»

«Enlevez de la place aux voitures...»

«Il faut retrancher une voie sur René-Levesque...»

Clairement, ces militants-là cherchent davantage à faire la guerre aux «chars» et au capitalisme plutôt qu’à essayer de trouver des solutions concrètes pour contrer la congestion à Québec.

Maudit qu’on serait heureux dans une ville sans radios d’opinion et sans voitures, vous trouvez pas?

Au diable les débats! Au diable la productivité et l’efficacité!

SRB ENCORE DANS LES PLANS

Mais ce qui m’a plus frappé c’est de constater que le projet de service rapide par bus est loin d’être mort aux yeux du maire et de la ville de Québec. Au contraire.

Par exemple, c’est nul autre que le directeur du bureau de projet du SRB, Jacques Bédard, qui était là pour répondre aux questions des citoyens présents.

Les consultations devaient pourtant servir à écrire une page blanche...

UN ÉTÉ DE RÉFLEXION

Vous n’êtes pas allé aux consultations? Vous n’avez pas à vous sentir coupable. L’exercice aurait certainement pu être productif, mais ce n’était pas une étape obligatoire. Il vous reste encore votre droit de vote.

De toute façon, l’idée du maire est déjà faite.

Régis Labeaume penche clairement pour un système lourd et structurant de transport en commun.

Sa petite guerre «stagée» avec le maire de Lévis n’aura trompé personne.

Le maire aura l’été pour réfléchir au risque politique qu’il prend en en faisant un engagement électoral clair cet automne.