/finance/business
Navigation

Couche-Tard veut vendre du cannabis dans ses dépanneurs

Au Québec, le gouvernement Couillard réfléchit toujours au modèle de vente

L’entreprise de Laval détient plus de 2000 dépanneurs au pays, dont 584 dans la Belle Province.
Photo Courtoisie L’entreprise de Laval détient plus de 2000 dépanneurs au pays, dont 584 dans la Belle Province.

Coup d'oeil sur cet article

Alimentation Couche-Tard veut vendre du cannabis dans ses dépanneurs au Québec.

Le géant québécois du dépanneur vient d’embaucher une firme de lobbyistes pour faire des représentations auprès du gouvernement du Québec.

Au registre des lobbyistes du Québec, Couche-Tard dit avoir donné un mandat à la firme de communications et de marketing TACT Intelligence-conseil.

«Nous souhaitons faire part au gouvernement de notre volonté à faire partie du modèle de vente de cannabis qui sera privilégié. Nous sommes convaincus être un partenaire idéal pour la mise en œuvre d’un modèle de vente responsable pour les citoyens», a indiqué mardi au Journal la porte-parole de Couche-Tard, Marie-Noëlle Cano.

Bien que Couche-Tard détienne plus de 2000 dépanneurs au pays, l’entreprise de Laval dit faire ses démarches de représentation au Québec pour l’instant.

Au Québec, Couche-Tard compte 584 dépanneurs, en majorité ouverts 24 heures par jour.

Selon Couche-Tard, les démarches effectuées s’inscrivent dans le contexte du dépôt du projet de loi fédéral C-45 et de la loi concernant le cannabis.

Le modèle de vente (distribution) de cannabis qui sera privilégié au Québec est actuellement à l’étude par le gouvernement Couillard.

Expérience

Selon Mme Cano, Couche-Tard «possède une expérience de longue date dans la vente de tabac et d’alcool, des produits interdits aux mineurs et soulevant des questions de santé publique».

Couche-Tard dit viser et souhaiter un modèle de vente responsable.

«Nous sommes convaincus que l’excellente réputation et le statut d’Alimentation Couche-Tard ont de quoi rassurer les citoyennes et citoyens qui craignent les impacts de la légalisation du cannabis», a ajouté la porte-parole de l’entreprise.

Selon une étude de l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS), le marché québécois du cannabis récréatif s’élèverait à 1,3 milliard $.

Au cours des dix ans suivant une légalisation, la valeur de ce marché pourrait grimper jusqu’à 3,2 milliards $, en raison de la disparition progressive du marché noir.

Vente d’alcool la nuit

Outre le cannabis, Couche-Tard aimerait également vendre de l’alcool durant la nuit au Québec, comme le rapportait récemment Le Journal.

Actuellement, la loi permet aux dépanneurs et aux épiceries de vendre de la bière, du cidre et du vin entre 8 h et 23 h tous les jours de la semaine.

Le cannabis au pays en 2018

  • Prix du gramme projeté : 9 $
  • Prix du gramme actuel : 8,84 $
  • Nombre de consommateurs projetés : 4,6 millions
  • Recettes fiscales estimées : entre 418 et 618 M$

Source : Bureau du directeur parlementaire du budget fédéral