/news/politics
Navigation

Québec inquiet de voir des communautés anglophones assimilées

periode des questions
Photo le Journal de Québec, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC |  Le gouvernement Couillard se dit «préoccupé» par la survie de la minorité anglophone québécoise vivant à l’extérieur de Montréal, qu’il craint de voir être assimilée par la majorité francophone.

Dans une lettre envoyée en janvier dernier à la ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly, dont l’Agence QMI a obtenu copie, le ministre responsable de la Francophonie, Jean-Marc Fournier, indique que les communautés anglophones dans les régions du Québec sont souvent «isolées», ce qui rend «plus difficile [...] la transmission de leur langue et de leur culture».

«Leur éparpillement géographique, leur faible poids démographique et le vieillissement de la population posent avec acuité l’enjeu de leur vitalité», écrit également le ministre Fournier.

Cette lettre du ministre est une réponse à celle de Mme Joly, qui en octobre dernier, l’invitait, «à titre de ministre responsable de la Francophonie canadienne», à transmettre ses observations sur les enjeux relatifs aux deux langues officielles canadiennes.

Cette inquiétude est d’ailleurs exprimée dans la plus récente Politique d’affirmation du Québec, intitulée «Québécois, notre façon d’être Canadien».

Embauches

L’appel à l’aide du ministre Fournier n’est pas resté lettre morte. La ministre du Patrimoine canadien a récemment désigné un fonctionnaire de son ministère pour donner suite à la lettre adressée par Québec, a indiqué le bureau du ministre Fournier.

Québec a également convenu de s’attaquer aux «défis immédiats et réels auxquels ces personnes sont confrontées». Il a désigné une personne responsable d'assurer la coordination gouvernementale dans les dossiers qui touchent les anglophones du Québec.

Finalement, le cabinet du premier ministre a embauché un conseiller qui devra s’assurer que les préoccupations des minorités anglophones soient «reflétées de la meilleure façon possible dans les orientations et décisions gouvernementales».

En 2011, 7,7 % des Québécois avaient comme langue maternelle l’anglais. Cette proportion grimpe à 12 % lorsqu’on inclut les allophones qui utilisent l’anglais comme langue principale.

Où vivent les anglophones au Québec?

- 80 % vivent dans la région de Montréal

- 5,9 % habitent en Outaouais

- 5,1 % sont domiciliés en Estrie.

- 9 % demeurent ailleurs au Québec

*Source: Gouvernement du Québec