/sports/racing
Navigation

Émile Jean l’emporte à l’arraché

Le Trifluvien gagne la première manche du Tour de Beauce devant Ian Garrison

La scène finale s’est jouée mercredi entre Émile Jean et Ian Garrison, qui ont été crédités du même temps de 4 h 33 min 39 s.
Photo courtoisie, Tour De Beauce La scène finale s’est jouée mercredi entre Émile Jean et Ian Garrison, qui ont été crédités du même temps de 4 h 33 min 39 s.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-GEORGES | Dans une course plutôt bizarre, Emile Jean a remporté au sprint la première étape de la 32e édition du Tour de Beauce disputée, mercredi.

Avec 15 kilomètres à faire, le coureur de Silber Pro Cycling a lâché un groupe de 25 coureurs pour partir en échappée avec Ian Garrison, d’Axeon Hagens Berman, et Laurent Gervais, d’Aevolo.

Gervais n’a pas été en mesure de suivre le rythme et la scène finale après une bataille de 185 kilomètres s’est jouée entre Jean et Garrison, qui ont été crédités du même temps de 4 h 33 min 39 s.

2e gain en moins d’une semaine

Vainqueur d’une étape à La Baie, vendredi dernier, à l’occasion du Grand Prix cycliste du Saguenay, Jean signait une deuxième victoire en moins d’une semaine. «Quand tu es jeune, c’est le Tour de Beauce que tu regardes, et c’est spécial de remporter une étape ici, a raconté le coureur trifluvien de 23 ans. C’est encore plus méritoire de gagner en Beauce parce qu’il y a de plus grosses équipes qu’au Saguenay.»

«Parmi les trois coureurs en échappée, j’avais bon espoir d’avoir le sprint pour gagner, poursuit Jean. J’ai attendu le plus longtemps possible pour déclencher le sprint et sauter la ligne. Ce n’est pas une victoire inespérée. Je suis dans une bonne forme. Je croyais à mes chances et ma victoire à Saguenay m’avait donné confiance.»

La course de 185 kilomètres qui comportait huit boucles de 15 kilomètres à Saint-Odilon s’est amorcée sur les chapeaux de roues, mais le rythme a baissé d’un cran lorsqu’un groupe de 25 coureurs a pris la poudre d’escampette au 62e kilomètre. Le peloton a franchi le fil d’arrivée à plus de 26 minutes du vainqueur.

«Le départ a été rapide, mais ce fut le statu quo quand un gros groupe de coureurs est parti en échappée, a raconté Jean. Toutes les meilleures équipes étaient représentées dans l’échappée et personne ne voulait rouler devant le peloton. Ça va faire bizarre pour le classement général.»

Comptes à régler

Heureux de la victoire de son protégé, Gord Fraser peinait à comprendre la stratégie de ses adversaires dont les meilleurs coureurs sont demeurés bien au chaud dans le peloton. «Je suis très surpris que le peloton ait abandonné, a résumé le directeur sportif de la formation montréalaise. Holowesko/Citadel et United Healthcare ont raté leur chance au classement général pour tenter de gagner l’étape. Les favoris pour le général sont maintenant Emerson Oronte, Jack Burke et Ian Garrison. Cette victoire d’étape nous enlève de la pression et on n’aura pas à défendre le maillot jaune.»

«Émile a un grand cœur et je l’avais découvert il y a quelques années lors d’un critérium du championnat canadien disputé en Beauce, ajoute l’Olympien qui a participé aux Jeux de 1996, 2000 et 2004. Émile connaissait bien le parcours. Avant le départ, je lui avais dit qu’il avait des comptes à régler avec le parcours.»

Bon départ pour Laurent Gervais

SAINT-GEORGES | À son premier Tour de Beauce, Laurent Gervais a laissé sa carte de visite.

Après avoir rejoint l’échappée de 22 cyclistes au 62e kilomètre, le cycliste de la formation américaine Aevolo a pris la fuite avec un peu moins de 20 kilomètres avant le fil d’arrivée en compagnie d’Émile Jean et d’Ian Garrison.

«Je suis content d’avoir saisi mes opportunités, mais je suis un peu déçu de ne pas être monté sur le podium, a résumé Gervais, qui a finalement terminé en 21e position à 1 min 07 s du vainqueur. Ce fut difficile d’avoir rejoint l’échappée et j’ai manqué de jambes dans les sept derniers kilomètres. Je suis surpris de m’être retrouvé devant dans l’échappée gagnante, mais je suis dans ma meilleure forme.»

Natif de Loraine, Gervais a suivi un parcours atypique. «Pour les études et le vélo, je me suis retrouvé dans une école préparatoire en Virginie, a-t-il raconté. J’ai pu m’entraîner 12 mois par année. Je suis entré un peu sceptique dans le projet, mais tout s’est bien passé. Mon entraîneur en Virginie a contacté le directeur sportif d’Aevolo, qui dispute sa première saison, et il m’a offert un poste.»

Parmi les autres Québécois, Bruno Langlois a offert une bonne performance. Présent dans la première échappée, le vétéran de la formation Garneau-Québecor a conclu l’épreuve en 11e position à 8 secondes du gagnant.

Sprint tactique pour Garrison

Avec sa deuxième place avec le même temps que Jean, Garrison s’est emparé du maillot rouge décerné au meilleur jeune (U-23). «Ce n’était pas dans mes pensées en arrivant ici, mais je vais devoir maintenant penser au maillot, a mentionné le coureur de 19 ans de l’équipe Axeon Hagens Berman au départ de son premier Tour de Beauce. Je suis content d’être le meneur chez les jeunes. Le sprint a été tactique. Mon adversaire est demeuré derrière moi avant de m’attaquer dans le dernier virage. C’est une bonne victoire pour lui.»

Le Tour de Beauce se poursuit jeudi avec l’ascension du Mont Mégantic, une épreuve de 169 kilomètres dont le départ sera donné au centre-ville de Lac-Mégantic.

Sur le même sujet