/entertainment/tv
Navigation

32es prix Gémeaux: Les pays d’en haut au sommet

La série domine le palmarès des Prix Gémeaux avec 16 nominations

Coup d'oeil sur cet article

Séraphin et compagnie pourraient s’approprier de nombreux trophées aux 32es Prix Gémeaux. La cérémonie, que piloteront Éric Salvail et Jean-Philippe Wauthier pour une deuxième année d’affilée, sera présentée le 17 septembre à Radio-Canada. Voici ce que nous retenons du dévoilement des nominations effectué hier à Montréal.

Les favoris

Les pays d'en haut
Photo Bertrand Calmeau
Les pays d'en haut
  • Certes, Les pays d’en haut dominent du côté des drames, mais le remake des Belles histoires aura fort à faire pour freiner les ardeurs de deux séries chouchous du public et des critiques, Feux et L’imposteur, qui obtiennent 10 nominations chacune.
  • En comédie, Lâcher prise s’impose avec 12 nominations, dont 2 pour Sophie Cadieux et Sylvie Léonard. Pour espérer récolter des trophées, l’offrande d’Isabelle Langlois devra supplanter Boomerang (8 nominations), Trop (7 nominations) et Les Simone (6 nominations) dans plusieurs catégories.
  • Du côté des séries dramatiques annuelles, Unité 9 s’illustre encore une fois avec 10 nominations, devant les 7 d’Au secours de Béatrice. Les premières saisons de L’heure bleue et L’Échappée tirent aussi leur épingle du jeu avec 6 et 5 mentions respectivement.

Les surprises

District 31
Photo courtoisie
District 31
  • L’Académie a annoncé qu’elle allait prendre le temps de saluer District 31 au cours du gala. Le populaire drame policier de Luc Dionne ne pouvait pas obtenir de nomination cette année puisqu’il faisait cavalier seul sous le volet réservé aux séries de fiction quotidiennes. En entrevue au Journal, la productrice de District 31, Fabienne Larouche, s’est dite très heureuse qu’on reconnaisse le succès populaire et critique de District 31 de cette façon.
  • Bien que Votre beau programme n’ait pas fait l’unanimité, l’émission récolte quatre nominations, dont une pour son animatrice, Véronique Cloutier.
  • Après avoir été boudée l’an dernier, la comédienne Mélissa Désormeaux-Poulin récolte enfin une nomination pour Ruptures. Finaliste l’an dernier, Isabel Richer est toutefois absente des finalistes au prix du Meilleur rôle de soutien féminin — série dramatique.
  • On applaudit les cinq nominations accordées à T’es où, Youssef?, un documentaire percutant et éclairant présenté à Télé-Québec dans lequel le journaliste québécois Raed Hammoud tente de découvrir comment son bon ami s’est radicalisé au point de gagner les rangs d’une organisation terroriste.

Les oublis

Victor Lessard
Photo courtoisie
Victor Lessard
  • Victor Lessard, qui vient d’être sacrée Meilleure série francophone au Festival international de Banff, récolte cinq nominations, mais brille par son absence dans la plupart des catégories majeures. Patrice Robitaille sauve la mise en raflant une mention pour son portrait du ténébreux sergent-détective.
  • On peine à s’expliquer l’omission de Fanny Mallette parmi les finalistes au prix du Meilleur rôle de soutien féminin – série dramatique pour Feux. Le jeu tout en nuances de l’actrice méritait beaucoup, beaucoup mieux.
  • Avis à tous ceux qui sont prêts à crier au scandale parce que Plan B n’apparaît nulle part au palmarès: la série mettant en vedette Louis Morissette et Magalie Lépine-Blondeau n’était pas admissible cette année, puisqu’elle est entrée en ondes après la date limite du 31 mars. Gardez les doigts croisés pour 2018.