/news/transports
Navigation

La nouvelle piste cyclable sur Dalhousie cause des bouchons

Congestion monstre pendant l’heure de pointe en raison des travaux

Les automobilistes doivent s’armer de patience, notamment près de la traverse.
Photo Jean-François Desgagnés Les automobilistes doivent s’armer de patience, notamment près de la traverse.

Coup d'oeil sur cet article

La nouvelle piste cyclable sur la rue Dalhousie, à Québec, fait rager bien des automobilistes et les usagers de la traverse alors qu’en pleine heure de pointe, le trafic est tel que les voitures ont parfois du mal à sortir du navire.

Ce site chaud de congestion routière s’ajoute à la liste des nombreux chantiers qui causent des problèmes à la circulation dans le Vieux-Québec.

Le 8 juin dernier, le trafic a travaillé la patience d’un bon nombre d’automobilistes qui ont circulé sur la rue Dalhousie à l’heure de pointe, notamment ceux qui se trouvaient à bord du traversier, vers 17 h.

Une seule voie

«Certaines voitures ont été capables de sortir, mais ensuite, comme il y avait trop de trafic sur la rue Dalhousie, pendant 20 minutes, aucune voiture n’a bougé d’un millimètre», indique Cynthia Boissonneault, porte-parole à la Société des traversiers du Québec (STQ).

«C’est encore une fois à cause des travaux pour la piste cyclable que ç’a causé des problèmes de notre côté», poursuit Mme Boissonneaut.

C’est qu’une partie de la double voie de la rue Dalhousie a été coupée pour les travaux de la piste cyclable, à partir du traversier, jusqu’à l’intersection des rues Dalhousie et Saint-Paul.

Résultat: le second navire était déjà prêt à accoster que le premier n’était pas encore déchargé de ses passagers.

«On croit que ça se reproduira encore quelques fois au courant de l’été», avance Mme Boissonneault. La STQ avait connu des problèmes semblables, l’an passé, toujours à cause des travaux pour la piste cyclable, rappelle la porte-parole.

Pas d’amélioration

Maintenant que les travaux sont terminés et que la voie est réduite sur une distance moins longue, la STQ se croise les doigts pour que la circulation soit moins lourde. «On verra au fil du temps si cela améliorera la fluidité», indique-t-elle.

Toutefois, lors du passage du Journal cette semaine, la circulation était encore difficile à l’heure de pointe.

À la Ville, on indique ne rien voir d’anormal. «La Ville suit la circulation de près dans ce secteur, comme partout sur son territoire, afin de maintenir la fluidité de la circulation», indique Sylvain Gagné, porte-parole à la Ville.

«Actuellement, avec les nombreux utilisateurs qui circulent sur Dalhousie, il y a effectivement des périodes plus achalandées», termine-t-il.