/sports/racing
Navigation

Le roi du mont Mégantic

Matteo Dal-Cin emporte la 2e étape devant ses parents

Matteo Dal-Cin
Photo courtoisie, Tour de Beauce Matteo Dal-Cin est sorti grand vainqueur de la deuxième étape du Tour de Beauce, jeudi, au mont Mégantic.

Coup d'oeil sur cet article

MONT MÉGANTIC | Le Canadien Matteo Dal-Cin a enlevé jeudi la mythique ascension du mont Mégantic sous les yeux de ses parents.

Parti dans une échappée de six coureurs au 114e kilomètre après les deux boucles du mont Morne, le coureur de Rally Cycling a fait cavalier seul dans les quatre derniers kilomètres pour signer la victoire. Il a devancé de 65 secondes Robin Carpenter, de Holowesko/Citadel, qui n’a pas été en mesure de suivre la cadence dans le dernier droit.

«C’est assurément la victoire la plus excitante de ma carrière, a-t-il déclaré. C’est vraiment une grosse victoire. J’ai eu des journées difficiles, dans le passé, au mont Mégantic. C’est un gros changement et c’est pourquoi c’est si spécial. La belle température et perdre près de 30 minutes lors de la première étape m’ont aidé.»

Oronte abandonne

Le plan de la formation américaine était de protéger Emerson Oronte, en raison de sa bonne position au classement général, mais il a été ennuyé par des maux d’estomac et a dû abandonner, tout comme son coéquipier Adam De Vos. «À partir de ce moment, j’ai roulé pour gagner l’étape et la stratégie initiale a pris le bord, a-t-il expliqué. On s’est détachés du peloton après le mont Morne, mais je n’étais pas très convaincu de gagner, parmi les six coureurs en échappée. Quand je me suis retrouvé seul avec Carpenter, on se trouvait sur un pied d’égalité, puisque nous ne sommes pas de purs grimpeurs. Les chances étaient de 50-50. Le début de la montée a été difficile, mais ça allait mieux quand j’ai réussi à me détacher.»

Le vainqueur a même eu le temps de donner des high five à ses parents avant de franchir la ligne d’arrivée.

Carpenter en deuxième

Troisième en 2016 en Beauce au général et parmi les favoris pour grimper sur la plus haute marche du podium cette année, Carpenter se consolait avec sa deuxième position. «Je n’avais pas les jambes pour rester avec Matteo, mais je suis content de ma deuxième place. Ce n’est pas, habituellement, mon genre d’épreuve. Je suis motivé à bien faire dans les étapes, maintenant que mes chances au général ont disparu. Lors de la première étape, j’étais marqué et je n’ai pas pu partir avec l’échappée.»

Vainqueur l’an dernier au mont Mégantic, Sepp Kuss a de nouveau livré une solide performance en s’offrant une troisième position. «C’est impressionnant de voir un gros bonhomme comme Matteo remporter une épreuve en montagne, a souligné le coéquipier du vainqueur, qui lui a cédé 1 min 37 s. Après le retrait d’Oronte, j’ai embarqué dans toutes les échappées. Je suis très heureux et c’est incroyable d’être deux coéquipiers sur le podium. J’aime la Beauce.»

Un maillot jaune imprévu

MONT MÉGANTIC  |  Contre toute attente, Keegan Swirbul a enfilé le maillot jaune de meneur au classement général après la deuxième étape.

«J’ai été pas mal chanceux de faire le bon geste et de me retrouver dans la bonne échappée lors de la première étape, a raconté le coureur de Jelly Belly qui n’accusait que 18 secondes de retard sur le meneur Émile Jean avant l’étape du mont Mégantic alors que les favoris se trouvaient à plus de 26 minutes. Je suis très satisfait de ma course.»

Swirbul possède quatre secondes d’avance sur Jack Burke (Aevolo). «Je n’ai pas très confiance en mon contre-la-montre puisqu’il s’agira de mon quatrième en carrière, mais nous sommes bien placés comme équipe, a-t-il expliqué. Mon coéquipier Jordan Cheyne est bien placé au général (retard de 10 secondes) et c’est un des meilleurs spécialistes du contre-la-montre.»

Détenteur du maillot jaune, Swirbul a aussi mis la main sur le rouge remis au meilleur jeune (U-23). «Après une année difficile où j’ai été ennuyé par une blessure à un genou, obtenir de bons résultats me redonne confiance, a indiqué celui qui portait les couleurs de l’équipe de développement de BMC l’an dernier. J’espère que ça va m’ouvrir une porte pour une opportunité en Europe.»

Deux étapes jeudi

Vainqueur de la première étape, mercredi, Émile Jean ne se berçait pas d’illusions sur ses chances de conserver la tunique jaune. «Je m’attendais de perdre le maillot jaune, a indiqué le coureur de Silber Pro Cycling. J’étais dans le peloton avant d’amorcer l’ascension du mont Mégantic, mais je savais que j’allais souffrir dans la bosse. C’est un peu raide comme ascension pour un coureur de mon gabarit.

«C’est toujours le fun de porter le maillot jaune une journée, de poursuivre le coureur de 23 ans de Trois-Rivières. Tu peux te promener dans le peloton. On n’avait pas l’intention de défendre le maillot parce qu’on savait que je ne pourrais pas le défendre jusqu’en haut.»

Le Tour de Beauce se poursuit vendredi avec la présentation de deux étapes. Tout d’abord, un contre-la-montre en matinée de 19,4 kilomètres à Saint-Jean-de-la-Lande, suivi d’un circuit routier de 77 kilomètres en soirée à Saint-Georges.