/slsj
Navigation

Une propriétaire de garderie accusée de voies de fait graves

Stéphanie Frenette, propriétaire d’une garderie familiale, a été accusée de voies de fait graves dans ce dossier d’enfant qui aurait été secoué.
Photo Facebook Stéphanie Frenette, propriétaire d’une garderie familiale, a été accusée de voies de fait graves dans ce dossier d’enfant qui aurait été secoué.

Coup d'oeil sur cet article

Stéphanie Frenette, la propriétaire d’une garderie située sur la rue Bégin à Chicoutimi qui avait la garde d’un enfant qui s’était retrouvé entre la vie et la mort il y a quatre mois, a été accusée jeudi de voies de fait graves.

En février dernier, un enfant âgé de 23 mois qui fréquentait la garderie de Stéphanie Frenette avait été transporté d’urgence à l’hôpital de Chicoutimi. Devant la gravité de son état, il a été transféré le soir par avion au CHUL à Québec.

Maintenant dans un état stable, l’enfant de deux ans conserve de graves séquelles neurologiques et physiques à la suite de cet événement. Il aurait été victime du syndrome du bébé secoué.

Non-culpabilité

L’avocat de Stéphanie Frenette, Me Dominic Bouchard, a fait savoir qu’elle avait l’intention de plaider non coupable aux accusations de voies de fait graves. «On a fermement l’intention de contester les accusations. Depuis le départ, ma cliente nie sa responsabilité.

Dominic Bouchard n’a pas voulu donner de détails, mais il y a selon lui matière à défense dans ce dossier. «Il y a plusieurs éléments que je ne peux pas aborder, qui font que l’enquête a été très longue et complexe au niveau policier. Ceci nous amène à penser que ce n’est pas un cas aussi clair [qu’il y paraît].»

Stéphanie Frenette était en dehors de la région jeudi lors du dépôt des accusations. Elle comparaîtra le 22 août prochain. La peine maximale pour une accusation de voies de fait graves est de 14 ans d’emprisonnement.

Le jour des événements qui ont mené à cette accusation, Stéphanie Frenette avait appelé le père de l’enfant parce qu’il n’allait visiblement pas bien.

Signalé par le médecin

À l’hôpital, le médecin qui avait examiné l’enfant avait contacté le Service de police de Saguenay parce qu’il soupçonnait que le bambin avait été secoué.

Une enquête, qui a finalement mené à des accusations de voies de fait graves, avait été immédiatement déclenchée.

Le permis de la garderie est suspendu depuis ce temps par le Bureau coordonnateur du Royaume.