/slsj
Navigation

Condamné pour la cinquième fois

Coup d'oeil sur cet article

Un homme atteint d’Alzheimer est condamné pour alcool au volant sans avoir atteint la limite de .08.

Jacques Desalliers, 69 ans, de Saint-Félix-d’Otis, évite la prison malgré une cinquième inconduite en matière d’alcool au volant. Il est cependant condamné à une amende de 3000 $.

Les patrouilleurs de la Sûreté du Québec ont découvert qu’il consommait de l’alcool au volant après son interception pour ne pas avoir bouclé sa ceinture.

L’ivressomètre a affiché un taux de 0,073, ce qui est inférieur à la limite autorisée, mais l’alcool conjugué à un début d’Alzheimer a affaibli ses facultés au point où conduire est devenu un acte criminel.

Pas de prison

Son avocat, Me André Villeneuve, a convaincu le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) de recommander une amende à la place d’une sentence de prison qui s’annonçait pour une cinquième condamnation depuis 1984.

Le procureur Michaël Bourget s’est rendu à l’argument de la défense, d’autant plus que le médecin du conducteur a informé la Société de l’assurance-automobile du Québec qu’il lui a définitivement retiré le privilège de conduire.

«Les policiers avaient constaté tous les symptômes des facultés affaiblies par l’alcool. Même si le taux était inférieur à .08, les facultés étaient clairement affaiblies», a précisé le procureur.

«La politique du DPCP est très sévère pour l’alcool au volant et le traitement de ce cas est unique, considérant les circonstances», s’est-il expliqué.