/slsj
Navigation

Disparition d'Hélène Martineau: après la maison, la SQ s’intéresse à un terrain de Michel Larouche

Michel Larouche
CAPTURE D'ÉCRAN TVA NOUVELLES/AGENCE QMI Michel Larouche

Coup d'oeil sur cet article

Les crimes contre la personne de la Sûreté du Québec (SQ) poursuivent leur enquête concernant la disparition d’Hélène Martineau qui manque à l’appel depuis le 12 avril dernier. Après la maison familiale de Jonquière passée au peigne fin par les limiers, les enquêteurs s’intéressent maintenant à un terrain qui appartiendrait au mari de la disparue.

Jeudi, les policiers de la SQ se sont rendus au Lac-Kénogami afin de saisir du matériel sur un terrain privé de la rue des Faisans qui serait la propriété de Michel Larouche, le conjoint de Mme Martineau.

Ils sont repartis avec une remorque, se sont intéressés à une tente-roulotte et ont pris en photos des objets jonchant les lieux afin de faire des expertises. La police a aussi fait appel à des plongeurs afin de ratisser le lac qui borde le terrain de M. Larouche.

Ce sont des informations obtenues grâce au public la semaine dernière qui ont orienté la SQ vers la propriété du Lac-Kénogami. Ces derniers étaient munis de mandats afin de perquisitionner.

«C’est une intrusion dans la vie privée de quelqu’un, a souligné Jean-François Brochu, ancien sergent à la SQ. il faut des motifs raisonnables et probables. Ce sont plus que des rumeurs, des citoyens ont été rencontrés, ont donné des informations qui doivent être corroborées par certains éléments.»

Le policier à la retraite rappelle que le mandat des enquêteurs qui se penchent depuis deux mois sur la disparition de la femme de 48 ans est «d’enquêter sur des homicides».

Jeudi, un poste de commandement a été établi toute la journée à l’angle du boulevard Saguenay et de la rue Powell toujours dans le but de colliger et de vérifier des informations des citoyens quant au dossier d’Hélène Martineau.

«Un sixième poste de commandement au même endroit, c’est exceptionnel», a expliqué Jean-François Brochu.