/news/politics
Navigation

Rencontres politiques: Labeaume veut une «clause Québec»

Un forum sur le cannabis aura lieu à Montréal plutôt qu’à Québec

Labeaume sermonne une seconde fois le gouvernement Couillard pour qu’il tienne son engagement de tenir les grandes rencontres politiques à Québec.
Photo Jean-François Desgagnés Labeaume sermonne une seconde fois le gouvernement Couillard pour qu’il tienne son engagement de tenir les grandes rencontres politiques à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Régis Labeaume sermonne une seconde fois le gouvernement Couillard pour qu’il tienne son engagement de tenir les grandes rencontres politiques à Québec. Cette fois, c’est la tenue d’un sommet sur le cannabis dans la métropole qui pose problème.

Un Forum d’experts se réunira en début de semaine prochaine à Montréal à l’initiative du gouvernement provincial pour amorcer la réflexion sur la légalisation du cannabis à des fins récréatives.

Aux yeux du maire Labeaume, c’est à Québec que cette rencontre aurait dû se tenir, et non dans la métropole, en vertu de la Loi sur la Capitale-Nationale adoptée en décembre dernier.

«J’ai parlé avec le ministre [François Blais] tantôt. Il a tenté de faire changer de ville, mais ça n’a pas été possible», a indiqué M. Labeaume, vendredi. Le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale serait intervenu trop tard.

«Clause Québec»

Pour mettre au pas le gouvernement, Régis Labeaume dit s’être mis d’accord avec le bureau du premier ministre pour mettre en place une «clause Québec», en «amont» dans le processus décisionnel, «pour être sûr qu’on n’en échappe pas».

«Il faut qu’on s’accroche au processus parce qu’on ne pourra pas les attraper au fur et à mesure comme ça», a plaidé M. Labeaume en parlant des sommets politiques. «S’ils ne vont pas à Québec, ils devront se justifier», a-t-il tranché.

En mai, en plein coeur de la grève dans le domaine de la construction, le maire de Québec s’était insurgé contre la tenue de négociations importantes à Boucherville. Il avait alors adressé une lettre sans équivoque à la ministre du Travail Dominique Vien.

La législation sur le statut de Capitale-Nationale stipule notamment que la Ville de Québec «constitue le lieu privilégié et prioritaire des grandes rencontres politiques et de négociations importantes, de toute nature, auxquelles prend part le gouvernement du Québec».