/weekend
Navigation

OK Computer 20 ans plus tard

OK Computer 20 ans plus tard
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Radiohead a marqué toute une génération lorsqu’il a fait paraître Ok Computer, il y a 20 ans. Chef d’œuvre avant-gardiste à travers lequel le quintette anglais a défini une nouvelle façon de concevoir la musique rock, «c’est l’album où ils ont tout jeté par la fenêtre pour réimaginer et décontextualiser la vie dans un groupe», a déjà dit Michael Stipe, de R.E.M. Au Québec, OK Computer compte son lot d’adeptes au sein de la communauté artistique. Voici ce qu’en pensent quelques auteurs-compositeurs-interprètes québécois.

Dumas

OK Computer 20 ans plus tard
Photo courtoisie LePetitRusse

« Le Pink Floyd de notre ­génération »

Dumas se rappelle encore très bien du choc qu’il a ressenti la première fois qu’il a vu le vidéoclip de Paranoid Android, chanson en trois actes qui a définitivement sorti Radiohead de la mouvance rock alternative. Avec OK Computer, le groupe d’Oxford est ­devenu «le Pink Floyd de notre génération», martèle-t-il. «Enfin, on avait un band qui allait dans ­l’expérimentation avec un message futuriste, apocalyptique.»

Charlotte Cardin

OK Computer 20 ans plus tard
Photo courtoisie

« La désarmante simplicité de No Surprises »

Trop jeune pour se souvenir de la sortie de l’album, ce n’est que plus tard que Charlotte Cardin a plongé dans OK Computer et qu’elle en a découvert les richesses, à commencer par la voix de Thom Yorke. «Il vit tellement ses textes. Parfois, on ne comprend pas ce qu’il chante parce qu’il marmonne, mais il y a quelque chose de vrai et d’humain là-dedans», confie cette grande fan de la poignante balade No Surprises. «Cette chanson a des arrangements d’une désarmante simplicité et ça la rend d’autant plus touchante.»

Laurence Nerbonne

OK Computer 20 ans plus tard
Photo courtoisie

« Le band qui m’a fait vivre le plus d’émotions »

«C’est de la musique à s’ouvrir les veines, et intense, mais j’aime la musique intense. Et Radiohead est le band qui m’a fait vivre le plus ­d’émotions», lance Laurence Nerbonne. De toute l’intensité de OK Computer, elle retient les boucles sonores très cinématographiques d’Exit Music (For a Film). «Quand j’ai entendu ça, je me suis dit que c’est le genre de musique que je voulais faire. Même dans la pop, ce que je fais aujourd’hui, c’est le genre de trucs qui me fait triper.»

Cicola Ciccone

OK Computer 20 ans plus tard
Photo courtoisie

« Yorke sans censure »

Nicola Ciccone a amorcé sa carrière l’année de la sortie de OK Computer et a fait sienne l’absence de censure du torturé Thom Yorke. «C’est rare qu’on parle de nos défauts en chanson. Yorke le fait très bien et ça m’a donné le goût d’être plus authentique», confie Ciccone. «Il y a de grandes chansons, je pense à Karma Police, No Surprises, Airbag. Yorke joue beaucoup sur les harmonies vocales sur cet album, c’est le précurseur de Coldplay», ajoute-t-il.