/sports/others
Navigation

Tour de Beauce: Cowan limite la casse

Des coureurs ont profité de la chute du maillot jaune pour s’échapper

Coup d'oeil sur cet article

Le détenteur du maillot jaune, Alexander Cowan, a frôlé la catastrophe, dimanche, à l’occasion du critérium disputé au centre-ville de Québec.

Détenteur de la tunique de meneur au classement général depuis sa victoire au contre-la-montre présenté vendredi matin, le coureur de la formation Silber Pro Cycling a été victime d’une chute au cinquième tour dans le virage à la fontaine de Tourny.

«J’étais inquiet quand j’ai chuté, mais j’ai été capable de me relever et de rouler sur mon vélo, a-t-il raconté. J’ai fait un arrêt aux puits et j’ai gardé mon calme. J’ai seulement quelques égratignures et quelques bleus, mais ça aurait pu être bien pire.»

Directeur mécontent

Une échappée de neuf coureurs s’est rapidement formée après la chute d’Alexander Cowan, ce qui a soulevé l’ire de Gord Fraser.

«C’est dommage que des équipes aient tenté de profiter de la malchance du maillot jaune pour s’enfuir, a débité le directeur sportif de Silber Pro Cycling. Dans ce genre de circonstances, la chose à faire est de ralentir la cadence pendant un tour. C’est clair que c’est la chute qui a provoqué la cassure dans le peloton. J’ai une bonne mémoire.»

À un certain moment, l’échappée comptait près de deux minutes d’avance sur le peloton. Les coéquipiers de Cowan ont roulé à l’avant du peloton pour réduire l’écart qui a fondu à une vingtaine de secondes.

Le maillot jaune n’a finalement cédé que 14 secondes au vainqueur et il a pu conserver son bien.

«Les gars ont roulé à bloc pour réduire l’écart, a louangé Fraser, mais certaines équipes n’ont pas pris leurs responsabilités. Ces équi­pes avaient l’occasion de remporter une belle étape, mais elles ont raté leur chance. Parce que les gars sont fatigués, ça va être très dur de conserver le maillot, demain (dimanche), à la dernière étape, mais j’ai confiance.»

La bouffe du Georgesville !

Cowan abondait dans le même sens. «Avec une bonne nuit de repos et quelques bons desserts du Georgesville, les gars vont être prêts, a imagé Cowan. C’est un incroyable sentiment de porter le maillot avec une seule étape à faire. Une autre étape et il y aura peut-être du champagne.»

La 32e édition du Tour de Beauce prend fin dimanche avec la présentation d’un circuit routier de 122,4 km dans les rues de Saint-Georges. Les coureurs devront effectuer 12 boucles de 10,2 km.

Pour Cowan, la menace viendra principalement de Jordan Cheyne, de Jelly Belly et de Jack Burke, d’Aevolo, qui accusent respectivement 26 et 35 secondes de retard.

Le vainqueur de Québec, Ian Garrison, se retrouve en 6e position au classement général, à 1 min 22 s. «Ça prendrait quelque chose de fou pour que je puisse me retrouver avec le maillot jaune», a résumé le coureur de la formation Axeon Hagens German.

Garrison l’emporte

Robin Carpenter (2e), Ian Garrison (1er) et Matteo Dal-Cin (3e)
Photo courtoisie, Tour De Beauce
Robin Carpenter (2e), Ian Garrison (1er) et Matteo Dal-Cin (3e)

Deuxième à la première étape, Ian Garrison a remporté le critérium de Québec au sprint.

Dans l’échappée qui a pris la fuite au 5e de 35 tours de 2 km, le coureur de la formation Axeon Hagens Berman a signé la victoire en devançant Robbie Carpenter, de Holowesko/Citadel, et Matteo Dal-Cin, de Rally Cycling. Tous trois ont été crédités du même temps de 1 h 32 min 55 s.

«Nous avons été agressifs dès le départ avec trois gars dans l’échappée, et le plan était de travailler pour notre sprinter Christopher Lawless, a expliqué Garrison. Comme je suis dans la lutte pour le

titre au classement général, il y a eu moins de coopération dans l’échappée pour prendre les relais, et le rythme a ralenti.»

Déception du deuxième

Si Garrison savourait pleinement sa victoire, il en allait autrement pour Carpenter, qui signait sa deuxième seconde place après celle du mont Mégantic, mardi.

«C’est complètement différent, a-t-il dit. Au mont Mégantic, j’étais content de ma deuxième place puisque Dal-Cin est meilleur grimpeur que moi. À Québec, c’est mon type d’épreuve et je suis très déçu de ne pas avoir gagné. Je ne suis pas content.»

En franchissant la ligne d’arrivée, Carpenter a clairement affiché sa déception.

Souvenirs de Jean-Yves

De son côté, Dal-Cin était comblé de signer un troisiè­me podium depuis le début du Tour de Beauce, après sa victoire au mont Mégantic et sa troisième position au contre-la-montre. Il a aussi mis la main sur le maillot blanc du meneur aux points.

«On avait deux gars dans l’échappée, vendredi, et c’était à mon tour d’y aller, a-t-il souligné. À l’exception de la première étape, où j’ai raté l’échappée et ainsi gaspillé mes chances au général, tout se passe bien pour moi.»

Son podium à Québec avait une saveur particulière. «J’ai roulé deux ans (2009 et 2010) pour Jean-Yves (Labonté) et c’est très cool d’avoir un bon résultat à Québec en présence de mes parents et de nombreux amis. Pour la dernière étape, on verra ce qui va arriver, mais je suis un bon grimpeur.»