/finance/business
Navigation

Les syndiqués de La Presse ne veulent pas vivre dans la peur

Leurs conventions collectives sont échues depuis près de 18 mois

La Presse
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Sous le choc d’une ronde de coupes qui a coûté 50 postes, les syndiqués de La Presse et de sa filiale Nuglif exigent que leurs patrons abordent de front salaires, régimes de retraite et sécurité d’emploi, a lancé l’intersyndicale du quotidien devant ses bureaux de la rue Saint-Laurent, à Montréal, lundi matin.

«Les gens veulent connaître leurs conditions de travail et ne veulent pas vivre dans la peur, et sous la menace...», a déploré Charles Côté, porte-parole des 430 syndiqués de La Presse et Nuglif, en compagnie d’une trentaine de ses collègues.

Les coupures annoncées, il y a près de trois semaines, ont eu l’effet d’une douche froide chez plusieurs employés de La Presse qui ont préféré s’en aller que rester en poste. La direction a aussi qu’elle abandonnait complètement l’édition papier le 1 janvier 2018.

À la rédaction, l’employeur avait proposé à 17 employés de quitter avec une indemnité de départ, mais deux de plus s’en s’ont prévalus, augmentant ce chiffre à 19.

À la publicité, environ la moitié des 13 travailleurs ont aussi opté pour cette voie, comme l’informatique, qui a vu deux employés plutôt qu’un seul quitter La Presse.

Transparence abandonnée

S’il y a deux ans, le syndicat avait demandé à La Presse plus de transparence à leurs patrons, cette exigence semble être désormais mise de côté.

«On est capable de vivre avec l’absence de transparence de cet employeur-là, on le fait depuis des dizaines d’années», a dit Charles Côté.

Power Corporation a essuyé des pertes de près de 310 M$ en cinq ans dans certaines filiales dont Square Victoria, dont fait partie La Presse. Malgré ces pertes financières, les syndiqués croit toujours que La Presse + est un succès populaire et commercial.

«Est-ce qu’il fallait mettre 49 personnes à la porte pour que ça marche de manière rentable, ça se peut...», a résumé Charles Côté, porte-parole syndical, qui espère que l’employeur consente à renouveler les conventions collectives dans le respect et la bonne entente.