/sacchips/mishmash
Navigation

Il prend des photos à leur insu et leur offre en cadeau

Malgré l'arrivée du numérique, Gy Brodeur développe encore la majorité de ses photos.
Photo Magalie Lapointe Malgré l'arrivée du numérique, Gy Brodeur développe encore la majorité de ses photos.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-HYACINTHE | Un photographe amateur qui fait pleurer les gens de joie lorsqu'il cogne à leur porte pour leur offrir une photo d'eux qu'il a pris sur le vif, a même déjà sauvé la vie à un homme dépressif en lui offrant un simple cliché.

Que ce soit dans un parc, sur le bord de l’eau, dans un verger ou dans une montagne, le Maskoutain retraité de 69 ans, Guy Brodeur, traîne toujours son appareil photo avec lui pour pouvoir immortaliser le moment ou l’événement inoubliable qu’une ou des personnes sont en train de vivre.

Changer une vie

Parmi toutes ses photos, il y en quelques-unes que Guy Brodeur n’oubliera jamais. C’est un homme qui jouait de la musique sur un piano public à Chambly. Le pianiste refusait de fixer le photographe amateur. Après une quinzaine de minutes, il a finalement accepté l’offre et il a sourit. Puis, lorsque le musicien a reçu les photos, il a envoyé un courriel à Guy Brodeur lui disant qu’il ne se souvenait plus qu’il pouvait sourire et rire encore.

L’homme qui souffre de troubles mixtes a affirmé que monsieur Brodeur a changé sa vie. «La photo de monsieur Brodeur a affiché un sourire derrière une pathologie, ces photos humanisent et rendent les gens heureux», a mentionné le musicien Robert Labrosse.

Robert Labrosse se souviendra longtemps de ce moment capté par Guy Brodeur, alors qu'il jouait sur un piano public à Chambly.
Photo courtoisie, Guy Brodeur
Robert Labrosse se souviendra longtemps de ce moment capté par Guy Brodeur, alors qu'il jouait sur un piano public à Chambly.

 

«C’est le plus beau cadeau que je ne peux pas recevoir, j’ai été un tournant positif dans la vie d’un homme souffrant», a dit le retraité ému.

Offrir

L’été dernier monsieur Brodeur a pris un garçon de 8 ans qui pour la première de l’été, réussissait à se lever debout sur ses skis nautiques. «J’étais là, je l’ai vu. Ça semblait pénible pour lui, ça faisait plusieurs fois qu’il tombait, puis, il a réussi. Regardez son visage, il sourit», a dit le passionné de la photo. Le père du sportif, Jacques Raymond, n’aurait pas pu espérer un meilleur souvenir de ce moment qui a duré que quelques secondes. «Imaginez, il était là et il l’a photographié juste au bon moment. Nous sommes chanceux», a raconté monsieur Raymond.

Émile Raymond pris sur le vif l'été dernier, sur la rivière Yamaska, à Saint-Hyacinthe.
Photo courtoisie, Guy Brodeur
Émile Raymond pris sur le vif l'été dernier, sur la rivière Yamaska, à Saint-Hyacinthe.

 

Même scénario cet hiver, un homme décorait sa maison à Rougemont de lumières de Noël. Guy Brodeur est retourné le soir, a cogné à la porte pour demander à l’homme d’ouvrir ses lumières pour qu’il puisse prendre la maison en photo. Le propriétaire ne s’attendait pas à recevoir la photo. «Les gens restent surpris, on fait plus ça aujourd’hui offrir gratuitement des cadeaux», a dit monsieur Brodeur.

Le plus grand souhait de Guy Brodeur est de pouvoir continuer d’exercer sa passion et de rendre les gens heureux.

Guy Brodeur se rend souvent à l'aéroport de Saint-Hyacinthe où les pilotes le laissent prendre des photos sans problème.
Photo courtoisie, Guy Brodeur
Guy Brodeur se rend souvent à l'aéroport de Saint-Hyacinthe où les pilotes le laissent prendre des photos sans problème.