/news/currentevents
Navigation

Incendie de la rue Franklin: dure nuit pour les pompiers de Québec

Les pompiers de Québec n’ont pas chômé dans la nuit de lundi à mardi: un incendie au 481, rue Franklin, n'a été maîtrisé que vers 5 h 45 ce matin.
Photo Jean-François Racine Les pompiers de Québec n’ont pas chômé dans la nuit de lundi à mardi: un incendie au 481, rue Franklin, n'a été maîtrisé que vers 5 h 45 ce matin.

Coup d'oeil sur cet article

Les pompiers de Québec n’ont pas chômé dans la nuit de lundi à mardi: un incendie au 481, rue Franklin, n’a été maîtrisé que vers 5 h 45.

Peu après 21 h, lundi, le Service de protection contre l'incendie de Québec (SPIQ) a été appelé pour un violent incendie qui avait éclaté dans la structure du bâtiment de la rue Franklin.
L’incendie a rapidement nécessité une quatrième alarme.

Des citoyens ont tenté, tant bien que mal, d'éteindre le brasier avec un extincteur.

Rosie Lavoie et son conjoint se trouvaient dans leur logement, juste au-dessus du site de l’incendie. «On a entendu deux gros boums. Nous sommes sortis et nous avons vu la boucane qui sortait», indique Mme Lavoie.

«Mon chum est sorti avec l’extincteur. Nous avons essayé d’entrer, mais c’était barré», poursuit-elle, ajoutant du même souffle qu’ils n’ont donc pas été capables d’éteindre les flammes.
D’autres voisins ont eu la même idée, en vain.

Mme Lavoie et son conjoint font partie des personnes qui ont été évacuées de leur logement. Ils ne savent pas quand ils pourront regagner leur résidence.
Les sinistrés ont été pris en charge par la Croix-Rouge. Plusieurs sont logés à l’Hôtel Pur, alors que d’autres, comme Mme Lavoie et son conjoint, ont trouvé refuge chez des proches.

Vers 22 h 30, le feu progressait toujours, les flammes semblant se propager à la structure. Après un combat sur le toit, les sapeurs ont mené l'attaque par le plancher.
Ils ont utilisé de la mousse pour éteindre le feu dans les endroits difficiles d'accès.

Mardi matin, des techniciens en recherche et cause ont mené une enquête pour éclaircir les circonstances de l’incendie. Celles-ci restent toujours à déterminer, mais la thèse du geste criminel est écartée.

Les événements ont entraîné un déploiement important. Alors qu’une cinquantaine de pompiers combattaient les flammes, des ambulanciers et des membres de la Sécurité civile étaient sur place pour s’assurer du bon déroulement de l’intervention.

La circulation a été perturbée cette nuit et tôt ce matin sur la rue et la côte de l'Aqueduc.

Une équipe s’affaire actuellement à placarder les fenêtres brisées de l’édifice sinistré.

Avec la collaboration de Jean-François Racine