/news/provincial
Navigation

Table rase au conseil municipal de Saint-Augustin

Les cinq conseillers de l’opposition annoncent qu’ils ne seront pas de retour, au grand plaisir du maire Juneau

Les conseillers Denis Côté, Louis Potvin, Guy Marcotte, France Hamel et Lise Lortie ont annoncé lundi qu'ils ne se représentaient pas aux prochaines élections
Photo Simon Clark Les conseillers Denis Côté, Louis Potvin, Guy Marcotte, France Hamel et Lise Lortie ont annoncé lundi qu'ils ne se représentaient pas aux prochaines élections

Coup d'oeil sur cet article

Le conseil municipal de Saint-Augustin présentera un nouveau visage et probablement une ambiance différente à la suite de l’élection de novembre prochain, à laquelle les cinq conseillers de l’opposition ne se représenteront pas.

La conseillère France Hamel.
Photo Simon Clark
La conseillère France Hamel.

Les nombreux mois de conflits avec le maire Sylvain Juneau auront finalement eu raison des cinq conseillers restants de l’époque d’Équipe Corriveau. «Nous voulons donner l’opportunité et le temps aux gens de s’organiser d’ici l’élection pour mettre fin au discours destructeur et rétrograde de Sylvain Juneau», ont lancé «en toute collégialité» France Hamel, Lise Lortie, Denis Côté, Guy Marcotte et Louis Potvin.

Ceux-ci ont assuré qu’ils n’abdiquaient pas, parlant plutôt d’une décision longuement réfléchie qui «laissera la place à la relève». «Nous avons été harcelés pour démissionner et nous ne l’avons jamais fait. Sauf qu’il n’est plus question de travailler avec Sylvain Juneau», ont affirmé les élus qui restent en poste jusqu’à novembre.

Le maire satisfait

De son côté, le maire Sylvain Juneau se réjouissait d’être du même avis que ses collègues pour une fois. «C’est une excellente nouvelle qui arrive très tard. Ça aurait dû arriver il y a un an et demi, mais ça reste une bonne nouvelle. Je pense que pour une rare fois on va être tous d’accord au conseil», a-t-il lancé dans les minutes suivant l’annonce.

Le maire de Saint-Augustin, Sylvain Juneau, se réjouit de la nouvelle.
Photo Simon Clark
Le maire de Saint-Augustin, Sylvain Juneau, se réjouit de la nouvelle.

Questionné à savoir s’il craignait pour son siège ou pour la formation d’une autre opposition qui lui serait hostile, le maire n’a pas paru trop inquiété. «Que des dauphins d’Équipe Corriveau se représentent, c’est possible, tout le monde est libre. Mais qu’ils soient élus, ça je n’y crois pas. Je suis convaincu que ça va bien aller et qu’on aura des gens intéressés à aller par en avant», a confié l’élu qui a eu sa part de conflits avec les cinq conseillers majoritaires.

Inquiet pour les mois restants

Il en appelle d’ailleurs à la collaboration des conseillers pour les quelques mois restants avant leur départ. Sylvain Juneau dit craindre quelque peu de l’aspect financier du travail des élus.

«Ils ont encore la possibilité de faire des dégâts et d’avoir une espèce de politique de terre brulée. J’en appelle à leur gros bon sens s’ils en ont et à un respect des citoyens. Qu’ils laissent le prochain conseil décider des grands enjeux.»

Surplus budgétaires

Dans un autre ordre d’idées, Sylvain Juneau a confirmé lundi que sa ville engrangerait des surplus «importants» pour le dernier exercice financier. Ne précisant pas pour l’instant le montant total de l’excédent, le maire a tout de même précisé qu’une part du magot servira à compenser le retard d’une subvention provinciale attendue depuis un bon moment.

«Une partie sera affectée à l’absence de subvention pour le centre sportif et le parc industriel nord. Il y a une subvention en théorie, mais elle n’est toujours pas au rendez-vous. C’est encore à l’étude au ministère parce que ça a été un cauchemar et un capharnaüm cette histoire-là. Il y a un trou dans le budget de près d’un million», a expliqué M. Juneau.