/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Les Morissette sont des génies!

Coup d'oeil sur cet article

Louis Morissette vient d’inventer un nouveau modèle d’affaires qui devrait être enseigné aux HEC.

Ça pourrait s’appeler Ego inc. #101. Et on y enseignerait le modèle suivant: «Comment produire des émissions, vous mettant en vedette toi et ta femme, dans lesquelles tu commentes ta propre production d’émissions te mettant en vedette toi et ta femme. Et en plus, champion, c’est le public qui paye!»

Décidément, cet homme est un génie des affaires!

PAPA ET MAMAN SONT DES GRANDES VEDETTES

Je vous ai déjà parlé de la série Les Morissette et moi, diffusée exclusivement sur Vero.tv. Mais le dernier épisode de la série dépasse toutes les bornes de l’autoconvergence.

On passe la moitié du temps à entendre Véro et Louis commenter l’impact de l’échec de Votre beau programme. Oh que c’était donc difficile de lire les commentaires du public... Oh! qu’on a donc travaillé fort, comment ça se fait que les gens n’ont pas compris ce qu’on voulait faire? Et cet exercice d’autoapitoiement est produit par KOTv, la compagnie qui produit... Votre beau programme. Tu parles d’un serpent qui se mord la queue, toi.

Savourez l’ironie. Avec mes impôts, je finance une émission de Louis Morissette dans laquelle il se penche sur l’échec d’une émission produite par Louis Morissette (que j’ai financée avec mes impôts). Et en plus, pour voir cette émission, je dois sortir de l’argent de ma poche, puisque Véro.tv n’est accessible qu’aux abonnés de l’extra d’Ici Tou.tv.

J’aimerais beaucoup que la direction de Radio-Canada nous explique clairement en quoi elle considère que c’est d’intérêt public que les contribuables canadiens financent une émission dans laquelle le couple chouchou de la société d’État se regarde dans un miroir. Cet épisode est d’un narcissisme absolu. On y voit la mère de Louis Morissette nous expliquer à quel point elle aimait déjà Véro avant que celle-ci ne devienne sa bru. On y voit aussi Véro, son mari et sa mère verser des larmes de fierté en voyant les trois petits Morissette chanter et danser dans un spectacle de Noël.

Misère, si vous voulez vous faire une vidéo familiale, allez-y, les Morissette, mais pourquoi sommes-nous obligés de payer pour ça?

Va-t-on devoir aussi payer pour le diaporama de votre prochain voyage à Disney?

Dans l’épisode Être parent de la série Les Morissette et moi, Véronique Cloutier et Louis Morissette emmènent tous deux leurs enfants visiter leur école secondaire. Et ils les invitent à visiter le «mur des célébrités» de l’établissement, où, ô surprise, il y a une photo de papa et une photo de maman. Faut-il avoir une très haute idée de soi-même, pour se péter les bretelles ainsi devant ses enfants et devant les caméras?

TRAITEMENT DE FAVEUR

Il y a quelque chose d’absolument indécent qui se passe à Radio-Canada: pourquoi la société d’État finance-t-elle une téléréalité aussi insignifiante et narcissique sur ces deux vedettes populaires?

Aucun autre artiste au Canada n’a droit à un tel traitement de faveur.

Au risque de me faire jeter des tomates par Guy A. Lepage et Pénélope McQuade, qui ridiculisent régulièrement ceux qui posent cette question, j’ose demander: «En quoi cela fait-il partie du mandat de Radio-Canada?».