/opinion/columnists
Navigation

Maxime Bernier à l’Assemblée nationale?

Coup d'oeil sur cet article

Le Parti conservateur du Québec (PCQ), dirigé par Adrien ­Pouliot, est pratiquement inconnu des Québécois. Une formation ­politique qui peine à se tailler une place dans un décor déjà ­surchargé.

Et si Maxime Bernier quittait la scène fédérale pour prendre la direction du PCQ? Voilà la question qui fut posée dans un sondage Léger effectué pour le compte des conservateurs du Québec.

Impact

J’ai obtenu en exclusivité les détails de ce coup de sonde mené auprès de 1003 Québécois entre le 12 et le 15 juin. Les constats sont on ne peut plus intéressants. Tout d’abord, la situation actuelle. Le Parti libéral du Québec demeure en tête avec 30 % des intentions de vote. La remontée de la Coalition Avenir Québec se confirme, avec un résultat de 28 %. Le PQ se trouve à 22 %, alors que les solidaires obtiennent 13 %. Le PCQ, pour sa part, rallie un maigre 4 % des sondés.

Mais, lorsque l’on pose la question suivante: «Si le parti conservateur du Québec était dirigé par Maxime Bernier, pour quel parti auriez-vous l’intention de voter?» les résultats sont impressionnants. À l’échelle ­provinciale, le PCQ obtiendrait 12 %, en progression de 8 % et à égalité avec QS. Le PQ demeurerait stable, alors que le PLQ et la CAQ perdraient chacun 4 %.

C’est dans la grande région de Québec que la présence de l’enfant chéri de la Beauce se ferait le plus sentir. Sous sa gouverne, le PCQ atteindrait 21 % des voix, une hausse de 10 %. Le tout au détriment du PLQ (-6 %) et de la CAQ (-3 %).

Démarches

On me confirme que des démarches ont bel et bien été entreprises par le PCQ pour faire entendre le chant des sirènes à Maxime Bernier. Il est évident que l’ajout de celui-ci sur l’échiquier politique provincial aurait pour effet de combler un appétit tangible dans l’électorat pour une véritable droite économique. Il faut cependant ­demeurer lucide.

Le candidat malheureux à la ­succession de Stephen Harper ferait un acte de foi spectaculaire en quittant son siège dans la capitale canadienne. Après tout, il a joui d’une visibilité exceptionnelle à l’échelle du Canada au cours de la dernière année.

Il ne faut pas oublier non plus les ­émoluments de Maxime Bernier, qui touche un salaire avoisinant les 170 000 $. Serait-il vraiment ­disposé à renoncer à cette somme pour ­diriger un parti provincial qui en est à ses ­balbutiements, sans aucune garantie d’être élu dans un avenir ­rapproché? Même si monsieur Bernier était ­malheureux comme les pierres à ­Ottawa, il pourrait certainement ­aspirer à un poste prestigieux et ­lucratif dans le secteur privé.

Malgré tout, la démarche du PCQ n’est pas dénuée de tout sens. Comme le sondage le démontre, il y aurait bel et bien une sorte d’effet Bernier sur l‘électorat québécois. Reste à voir si ce sondage, lui, aura un effet sur Maxime Bernier.

Pour consulter le sondage en ligne