/sports/hockey
Navigation

«Mon ego a pris une claque» - Jonathan Marchessault

«Mon ego a pris une claque» - Jonathan Marchessault
Photo le Journal de Montréal, Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Le directeur général des Golden Knights de Vegas, George McPhee, misera sur la jeunesse lorsque viendra le temps de piger dans chacune des 30 autres formations du circuit Bettman, selon plusieurs observateurs. Si tel est le cas, Jonathan Marchessault pourrait se révéler l’aubaine de ce repêchage d’expansion.

Parmi la longue liste de joueurs laissés sans protection aux quatre coins de la LNH, Marchessault est le seul marqueur de 30 buts qui possède un contrat pour la prochaine saison. T.J. Oshie et Patrick Eaves, les deux autres attaquants à avoir atteint ce plateau, deviendront libres comme l’air le 1er juillet. À 26 ans, Marchessault ne touchera que 750 000 $.

«Je suis assurément une belle aubaine pour eux. Mais ça dépend de leur plan. S’ils veulent bâtir sur du long terme, je ne suis peut-être pas le bon gars. Il ne reste qu’une seule saison à mon contrat», a déclaré l’athlète de Cap-Rouge, joint au téléphone.

Marchessault ne s’en cache pas. Il croyait bien obtenir une plus grande reconnaissance pour ses 30 buts inscrits au cours de la saison. D’ailleurs, il s’explique encore mal la décision du DG des Panthers de la Floride, Dale Tallon.

«J’aurais compris si j’avais connu une mauvaise saison, mais ce n’est pas le cas. Alors, c’est sûr que ça m’a surpris (de ne pas être protégé), a-t-il déclaré. Je suis déçu. Mon ego a pris une claque. Mais les gars qu’ils ont protégés, ce ne sont pas des deux de pique.»

Après avoir traîné son baluchon entre la Ligue américaine et la LNH pendant six saisons, il pensait avoir posé ses valises pour quelque temps.

«Ça ne me stresse pas tant que ça. Je suis un peu habitué parce que j’ai joué dans la Ligue américaine durant quatre ans. Par contre, j’ai deux jeunes enfants et une femme, alors j’aimerais ça savoir où je vais aboutir d’ici trois mois.»

En fin de compte, l’ancien joueur des Remparts de Québec a été victime de la stratégie adoptée par Tallon. Les Panthers sont l’une des sept formations à avoir opté pour la formule 8-1, permettant de protéger plus de trois défenseurs, mais moins de joueurs. Ainsi, ils ont pu mettre Aaron Ekblad, Alex Petrovic, Mark Pysyk et Keith Yandle à l’abri.

«Cette formule est directement reliée à mon exclusion (de la liste de protection). Cependant, ce n’est pas une mauvaise décision, car il s’agit de quatre très bons joueurs.»

Domingue dans une pièce de théâtre

En Arizona, Louis Domingue croyait bien que les Coyotes allaient lui éviter des heures d’incertitude en échangeant Mike Smith aux Flames de Calgary en retour de Chad Johnson, samedi. Manifestement, il avait mal lu les plans de son directeur général, John Chayka.

«Je n’ai pas trop compris cette transaction. Clairement, il ne croit pas que je sois prêt à être son gardien numéro un. C’est correct. Mais au moment de l’échange, j’aurais pensé que c’est moi qui serais protégé.»

Difficile à comprendre, d’autant plus que Johnson sera joueur autonome sans restriction à compter du 1er juillet.

«Lorsque j’ai parlé à la direction des Coyotes à la fin de la saison, je ne croyais pas aux chances d’être pris. Je me disais qu’il y avait beaucoup de bons gardiens de disponibles. Mais quand je regarde qui est exposé dans notre équipe, je me rends compte que c’est une possibilité.»

Et comment! À moins que McPhee n’ait réussi à convaincre un joueur autonome de se joindre à sa formation, il aura le choix entre Domingue, le défenseur Kevin Connauton, de même que les attaquants Jamie McGinn et Brad Richardson. Pas de quoi se lancer sur les murs.

«Je préférerais demeurer ici. Le départ de Mike Smith me donnerait une meilleure opportunité de faire mes preuves. Et j’ai envie de gagner avec mes chums. J’aime les partisans, j’aime la ville. Par contre, si je dois changer d’adresse, je ne serai pas le seul à passer à travers tout le processus. J’ai seulement hâte de savoir où je m’en vais.»

La date, l’heure et le lieu du repêchage d’expansion sont les seules données que les joueurs laissés sans protection connaissent. Pour le reste, c’est le néant.

McPhee pourrait très bien utiliser un joueur qu’il vient tout juste de sélectionner en guise de monnaie d’échange avec une autre formation. Les gardiens sélectionnés pourraient très bien se retrouver sous d’autres cieux dès le lendemain.

«Les Golden Knights doivent repêcher au moins trois gardiens. Alors, dès le départ, il y en aura un de trop. S’ils prennent (Marc-André) Fleury et (Petr) Mrazek, il va arriver quoi avec l’autre», s’est demandé Domingue.

«On va se retrouver dans une pièce de théâtre en train de participer à une scène dont on ignore le punch de la fin», a illustré le Maskoutain à propos des prochains jours qui s’annoncent mouvementés.