/news/green
Navigation

Une corvée de nettoyage

Les forts vents provoquent d’importants dégâts aux installations de la Coop Camping Saint-Esprit

Coup d'oeil sur cet article

«C’est la désolation. Avec tout l’ouvrage que nous avions mis là-dessus...»

Renée Charland, responsable du comité des loisirs de la Coop Camping Saint-Esprit, du secteur Beauport, peinait à retenir ses larmes, lundi, en regardant les dommages au chapiteau qui peut contenir 500 personnes. Celui-ci s’est littéralement écrasé sous la force des vents, dimanche.

Photo Agence QMI, Guy Martel

Près de Québec, Environnement Canada précise toutefois qu’il n’est pas question de tornade comme au Lac-Saint-Jean, même si les données exactes ne sont pas encore disponibles.

Outre le chapiteau complètement détruit, la météo déchaînée n’a pas ménagé les saisonniers du camping avec des arbres déracinés et une roulotte soulevée de terre lors des violents orages qui ont sévi à plusieurs endroits.

Photo Agence QMI, Guy Martel

Les responsables et les saisonniers du camping se souviendront longtemps de cette cellule orageuse qui a laissé de nombreux dégâts à nettoyer.

«Nous venions de l’ouvrir, nous avions eu notre première soirée de danse samedi. Au moins, nous aurons eu le temps de faire une soirée», explique Mme Charland.

Photo Agence QMI, Guy Martel

« Été à l’eau »

Installée en face du chapiteau, Anne Joncas a entendu un gros «bang» lorsque la structure s’est affaissée. «Je croyais que c’était la balançoire, mais non. En regardant dehors, j’ai vu le chapiteau tout écrasé. Il ventait si fort que le motorisé bougeait», lance-t-elle.

Fort heureusement, personne n’a été blessé lors de l’événement.

«En tout cas, on n’a pas l’argent pour investir dans un autre chapiteau, alors notre été est à l’eau, à moins d’avoir des bons Samaritains», se désole Mme Charland. Lundi avant-midi, les campeurs s’affairaient à ramasser les débris.

Photo Agence QMI, Guy Martel

Départ pénible

Il s’agit d’un bien mauvais début de saison pour le site.

Photo Agence QMI, Guy Martel

«On a une roulotte qui a viré complètement à l’envers et qui a percuté une autre roulotte. Un patio en bois a traversé plusieurs secteurs du camping, des vitres d’auto sont cassées, des cabanons ont levé complètement du sol», dit Johanne Caron, la gérante du camping.

Photo Agence QMI, Guy Martel

Malgré tout, la corvée s’annonce bien. «On a une bonne équipe. Ça devrait bien aller», ajoute-t-elle sans pouvoir évaluer le montant total des dommages.

Il s’agit des pires intempéries à survenir au camping, qui existe depuis une quarantaine d’années. «On doit rassurer les gens absents qui nous appellent un peu affolés pour savoir s’il y a des dommages à leurs installations», mentionne Martin L’Heureux.

– Avec la collaboration de Jean-François Racine

Le Québec pas épargné

  • Les tornades sont des colonnes rotatives de vents violents.
  • De 4 à 6 tornades sont «signalées» par année au Québec.
  • Des tornades en zone inhabitée ne sont pas rapportées.
  • En moyenne, 2 décès et 20 blessés par année.
  • Depuis avril 2013, le Canada utilise l’échelle de Fujita améliorée de 0 (faible) à 5 (forte).
  • La tornade EF0, vents de 90 à 135 km/h.
  • La tornade EF5, vents de 315 km/h ou plus.
  • Environnement Canada utilise aussi 31 indicateurs de dommages.
  • Le 20 juin 2016, une tornade EF2 avec des vents de 190 km/h a frappé le lac Verne, en Haute-Mauricie.
  • Le 27 août 1991, la tornade de Maskinongé fut l’une des plus puissantes à avoir frappé la province avec des vents de 250 à 320 km/h.

– SOURCE ENVIRONNEMENT CANADA