/finance/business
Navigation

Retards de livraison aux restaurateurs: la SAQ fait son mea culpa et reconnaît des ratés informatiques

Retards de livraison aux restaurateurs: la SAQ fait son mea culpa et reconnaît des ratés informatiques
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

La Société des alcools du Québec (SAQ) appelle les restaurateurs de la région de Montréal à la patience tout en reconnaissant les ratés d’un nouveau système informatique de gestion des inventaires dans ses entrepôts.

«Dans ce genre d’implantation, il peut survenir des pépins techniques. On comprend que ce n’est pas une situation idéale pour les restaurateurs. On est en train de travailler sur les problèmes», a indiqué lundi au Journal la porte-parole de la SAQ, Anne-Sophie Hamel.

Depuis une semaine, des centaines de restaurateurs et titulaires de permis d’alcool de la métropole ont toutes les misères du monde à se faire livrer leurs commandes de vins à temps, notamment du côté des importations privées.

La SAQ soutient que l’implantation la semaine dernière d’un nouveau système informatique de gestion du côté de ses centres de distribution de Montréal ne s’est pas déroulée comme prévu.

«Le système que l’on avait en place était vraiment désuet. On devait le changer. Il y a un retour qui va être très grand sur nos investissements parce que ça va nous donner une agilité», a précisé la porte-parole de la SAQ.

Au cours de la dernière année, la SAQ a investi 9,9 millions $ dans de nouveaux systèmes informatiques de gestion dans ses entrepôts de Montréal et de Québec.

Plan de contingence

La société d’État espère pouvoir rattraper le retard dans ses livraisons au cours des prochains jours.

Or, un plan de contingence mis sur pied la semaine dernière auprès des restaurateurs et des propriétaires de bars demeure en place cette semaine.

Ce plan offre des alternatives pour les restaurateurs dont une liste de succursales où ils peuvent aller chercher des vins de spécialités en attendant le retour à la normale.

La SAQ indique c’est la première fois en 15 ans que son système de livraison gratuite aux restaurateurs connaît des ratés majeurs.