/news/society
Navigation

Un homme doit 70 000 $ au fisc pour avoir fraudé deux organismes

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir été condamné au criminel pour des irrégularités commises au sein de deux organismes en santé mentale qu’il dirigeait, Gaétan Landry doit maintenant rendre des comptes au fisc.

Lundi, Revenu Québec a annoncé avoir «pris des mesures de perception afin de maximiser le recouvrement des sommes qui lui sont dues par [...] Gaétan Landry».

Revenu Québec a évalué qu’en raison des fraudes qu’il a commises, M. Landry lui doit un montant de 70 607,41 $ pour des revenus non déclarés estimés à 145 217 $. Afin de s’assurer de pouvoir récupérer ce montant, Revenu Québec a pu inscrire une hypothèque légale sur un immeuble détenu en copropriété par M. Landry et a procédé à des saisies dans des institutions bancaires.

Alternative Centregens et Accès Transition Montérégie, deux organismes dont M. Landry était le directeur général jusqu’à son congédiement en 2012, l’accusaient de les avoir floués pour des milliers de dollars.

Entre autres, Gaétan Landry s’était octroyé un salaire plus élevé que celui qui était stipulé à son contrat sur une période de trois ans. Il aurait aussi utilisé la carte de crédit des deux organismes à des fins personnelles.

À l’issue d’une saga judiciaire qui a duré près de quatre années, une entente à l’amiable est intervenue entre les parties dans la foulée d’une poursuite de quelques centaines de milliers de dollars.

Toutefois, parallèlement, en novembre 2015, Gaétan Landry a été reconnu coupable de neuf chefs d’accusation de fraude, de production et d’emploi de faux documents, ainsi que de possession ou de trafic de documents contrefaits. Pour ces infractions, il a été condamné à 90 jours de prison, deux ans de probation et à une amende de 14 000 $ à verser aux victimes à titre de dédommagement.